Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Martine Aubry et Ségolène Royal pourraient-elles entrer dans le gouvernement en cas de remaniement ?

Du changement, et maintenant !

Démission de François Hollande, dissolution, remaniement : ce que réclame l'opposition

La gauche réclame de nouvelles têtes au sein gouvernement quand certaines figures de la droite espèrent renverser basculer dans la cohabitation.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres, dit-on. L'impopularité de François Hollande, de Jean-Marc Ayrault et du gouvernement - à l'exception de Manuel Valls - ravit donc l'opposition, de plus en plus encline à réclamer du changement au sommet de l'Etat. La plus extrême des exigences revient à Marine Le Pen. La présidente du Front national estimait, au lendemain de l'affaire Leonarda, que François Hollande devait démissionner. "On a bien vu la faiblesse, la fragilité de ce personnage qui, sous la pression de quelques étudiants gauchistes, est venu violer non seulement des décisions administratives, mais aussi la loi", expliquait-elle alors.

Probablement consciente de la faible probabilité de voir François Hollande devenir le deuxième président de l'histoire à quitter volontairement l'Elysée en cours de mandat, Marine Le Pen "appelle aujourd'hui à la dissolution de l'Assemblée nationale". Une idée partagée par Jean-Louis Borloo, qui, s'il utilise des formules plus courtoises, n'en reste pas moins convaincu. "Je me demande s'il ne faut pas revenir devant le peuple. Je demande au président de réfléchir à une initiative politique qui peut être une dissolution ou un référendum sur un sujet particulier", déclarait-il il y a quelques semaines.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Patrick Ollier (UMP) et Chantal Jouanno (UDI) viennent d'ailleurs de grossir les rangs de ceux qui espèrent voir les députés retourner devant le peuple. "Pour éviter l'explosion, qu'est-ce qu'il faut faire? Rendre la parole au peuple et faire une dissolution", explique ce mercredi le député. La sénatrice de Paris va, elle, jusqu'à dire qu'elle "rêve d'une dissolution qui permettrait d’acter des réformes sur la base d’une grande plateforme réunissant tous les courants des partis de gouvernement". Des avis que ne partagent pas certaines figures emblématiques de la droite telles qu'Alain Juppé, Dominique de Villepin et Christian Jacob.

 

Restent alors les partisans d'un remaniement. Une solution particulièrement prônée par des... socialistes, pourtant censés être du côté du président de la République. Alors que Malek Boutih "de toute urgence" réclame le départ de Jean-Marc Ayrault, Patrick Mennucci espère, lui, voir "des poids lourds en politique" - il cite notamment Martine Aubry et Bertrand Delanoë - faire leur entrée au gouvernement. Son de cloche quasi-similaire chez Anne Hidalgo. La candidate à la mairie de Paris réclame "une équipe plus resserrée, plus à la tâche, plus mobilisée, une vraie équipe politique, dans laquelle les ministres aient réellement un poids sur leur administration".

 

Jean-Luc Mélenchon, qui s'affiche depuis l'élection de François Hollande comme un opposant, va même plus loin dans les commentaires négatifs à l'encontre du Premier ministre. "C'est une erreur de casting. Ce n'est pas qu'il n'ait pas de talent, mais il ne correspond pas du tout à l'époque", estime-t-il. A droite, les partisans du remaniement semblent un peu moins nombreux car, même remanié, le gouvernement restera à gauche. Patrick Buisson estime toutefois qu'il faudra remanier... sous peine d'être contraint à la dissolution. François Hollande sera probablement ravi d'apprendre qu'il a le choix entre la peste et le choléra.

On a bien vu la faiblesse, la fragilité de ce personnage qui, sous la pression de quelques étudiants gauchistes, est venu violer non seulement des décisions administratives, mais aussi la loi 
Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/affaire-leonarda-marine-pen-appelle-francois-hollande-demission-876623.html#FK7JYM1TE4UxmQfb.9

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !