Delphine Batho dévoile ses échanges "tendus" par SMS avec François Hollande et Jean-Marc Ayrault | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Delphine Batho sort son livre "Insoumise" ce mercredi
Delphine Batho sort son livre "Insoumise" ce mercredi
©REUTERS/Benoit Tessier

C ce k tu ma di

Delphine Batho dévoile ses échanges "tendus" par SMS avec François Hollande et Jean-Marc Ayrault

Dans son livre qui sort ce mercredi, l'ancienne ministre de l'Ecologie publie ses conversations avec l'exécutif lors de son éviction du gouvernement en juillet 2013.

Delphine Batho sort son livre intitulé "Insoumise" ce mercredi. L'ancienne ministre y raconte évidemment son éviction du gouvernement et publie les échanges "tendus" de SMS et ses conversations téléphoniques avec Jean-Marc Ayrault et François Hollande, le jour de son départ. 

"Tes déclarations sont inadmissibles sur ton budget, je te demande de rectifier" commence le Premier ministre d'alors après les déclarations de Delphine Batho sur RTL. "Cher Jean-Marc, ce n'est pas une déclaration d'humeur, discutons-en. Bien à toi" dit la ministre. "Trop tard, le mal est fait" répond Ayrault. "Je te demande un communiqué officiel de rectification avant la fin de la matinée", lui écrit-il encore ajoutant même : "J'ai informé le PR de ce problème politique". La tension monte et François Hollande entre dans la danse. 

"Tu dois répondre à la demande du Premier ministre, je ne comprends pas ce que tu as fait ce matin. Je t'ai écoutée", lui dit le président qui ajoute : "Alors tu choisis soit un communiqué ou tu pars". Jean-Marc Ayrault appelle Delphine Batho qui "accuse le coup" mais "essaye de ne pas le montrer". "Je lui dis que je ne démentirai pas mes propos, que je ne partirai pas, qu'il y a un problème sur la place de l'écologie et de la transition énergétique dans les décisions de notre gouvernement, écrit-elle aujourd'hui. Le Premier ministre dit alors : "J'ai compris". La conversation est terminée. Le sort de Delphine Batho est scellé.

"S'il y a un problème, c'est à moi qu'il fallait en parler. C'est moi qui ai été élu le 6 mai", lui reproche François Hollande. "Je le sais, j'étais ta porte-parole ! J'ai scrupuleusement respecté le fonctionnement gouvernemental" se défend la ministre. Le président en remet une couche : "Tu vas aller voir le Premier ministre. Tu vas te mettre d'accord avec lui. Il faut que vous trouviez un terrain d'entente. Si vous ne vous mettez pas d'accord, tu sais ce qui se passera. Tu redeviendras députée. Bon, tu seras une députée parmi d'autres... Tu sais, il y en a beaucoup qui sont prêts à prendre ta place au gouvernement. Y compris parmi ceux qui disent te soutenir. [...] Dès que ton texte est voté, tu vas voir le Premier ministre". Delphine Batho se rend alors à Matignon. "La confiance est rompue. Tu as remis en cause mes arbitrages budgétaires", lui dit-il. "Tu mets en cause la politique gouvernementale, c'est ça le plus grave. Tu mets en cause notre action, la confiance est rompue. Tu sais ce qu'il va se passer maintenant, on s'est tout dit" lance Ayrault. Elle sera débarquée quelques heures plus tard. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !