Délinquance : Le Figaro publie des chiffres en hausse, Valls dénonce des "contresens" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Délinquance : Le Figaro publie des chiffres en hausse, Valls dénonce des "contresens"
©

Polémique

Délinquance : Le Figaro publie des chiffres en hausse, Valls dénonce des "contresens"

Les actes violents augmentent presque partout en France affirme Le Figaro, chiffres à l'appui. Des statistiques que conteste vivement le ministre de l'Intérieur.

"Insécurité : l'alerte rouge", titre Le Figaro ce mardi 10 septembre. Le quotidien s'est procuré un "nouveau tableau de bord de Manuel Valls" qui ferait état d'une violence qui "augmente presque partout", de "patrouilles moins nombreuses" et d'un taux d'élucidation en baisse.

Infographie à l'appui, le quotidien charge le ministre de l'Intérieur. "Tout ou presque vire à l'écarlate : les atteintes à l'intégrité physique (+2,9%) et, parmi ­celles-ci, les violences sexuelles ­(+10,4%) ; les atteintes aux biens (+3,5%), parmi lesquels les cambriolages (+9,3%) ; enfin, les infractions économiques et financières (+5,9%)".

De quoi déclencher l’ire de Manuel Valls, qui conteste déjà ces statistiques. "On ne peut que regretter la publication sélective, tronquée et biaisée d'éléments statistiques, qui ne rend pas service au débat public relatif aux questions de sécurité", proteste son ministère dans un communiqué publié tôt mardi matin. "Une nouvelle fois, les éléments rapportés par Le Figaro dans son édition de ce jour méconnaissent les avertissements et les règles méthodologiques rappelées par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP)".

Selon Le Figaro,  "les forces de l'ordre ont collectivement diminué leur présence de 2,5 millions d'heures sur le terrain en un an". La place Beauvau y voit un "contresens complet" et renvoie à l'ancienne majorité, responsable selon elle de la "diminution des effectifs". "Ce n'est qu'à l'issue de leur formation d'un an, à partir du 1er décembre prochain, que l'arrêt de l'hémorragie des effectifs et le recrutement de plus de 2 000 policiers en 2013 produira ses effets opérationnels", se défend le ministère.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !