Déficit : Bruxelles accorde un délai supplémentaire de 2 ans à la France pour le ramener sous les 3% | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Déficit : Bruxelles accorde un délai supplémentaire de 2 ans à la France pour le ramener sous les 3%
©Reuters

Rallonge

Déficit : Bruxelles accorde un délai supplémentaire de 2 ans à la France pour le ramener sous les 3%

Cette échéance tombera en pleine période de campagne présidentielle.

Bruxelles "a décidé de proposer une nouvelle recommandation à la France (sur le calendrier de réduction des déficits) avec une nouvelle échéance en 2017". Voilà ce que vient d'annoncer ce mercredi après-midi Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne en charge de l'Euro. 

En clair, la France a obtenu un délai de deux ans pour ramener son déficit public sous la barre des 3% de Produit intérieur brut, soit jusqu'en 2017. Cette échéance tombera en pleine période de campagne présidentielle, ce qui ne sera pas franchement un atout pour François Hollande en cas de nouvelle candidature du président de la République.

Par ailleurs, la Commission européenne a indiqué vouloir un effort dès 2015. "Si la France ne fait pas ces efforts, la procédure de déficit excessif pourrait démarrer" a prévenu Valdis Dombrovskis. Bruxelles fera un point sur la situation budgétaire de la France en mai. De son côté, Pierre Moscovici, commissaire européen a twitté : "L'effort budg. structurel demandé à la cette année sera de 0,5% du PIB dans la nouvelle recommandation. La France s'y est engagée". Une sorte de piqûre de rappel.

A noter que mardi dans un quotidien allemand, le commissaire allemand Gunther Oettinger, en charge de l'Économie numérique, a protesté contre l'octroi d'un nouveau délai de 3 ans à la France. "La crédibilité du pacte de stabilité est en jeu" disait-il.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !