Déclaration d'intérêts : pour Patrick Balkany, sa femme n'existe pas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Dans sa déclaration d'intérêts Patrick Balkany ne fait pas mention de sa femme
Dans sa déclaration d'intérêts Patrick Balkany ne fait pas mention de sa femme
©Reuters/Charles Platiau

Etrange...

Déclaration d'intérêts : pour Patrick Balkany, sa femme n'existe pas

Dans sa déclaration d'intérêts de parlementaire rendue publique jeudi, le député UMP des Hauts-de-Seine a inscrit la mention "Néant" dans la case "identification du conjoint".

C'est un "oubli" quelque peu gênant, ou stratégique. C'est selon. Alors que les déclarations d'intérêts des parlementaires ont été rendues publiques ce jeudi, il convient de se pencher un peu plus sur celle de Patrick Balkany. Selon l'Observatoire des subventions, voici les montants des indemnités déclarées par le député UMP des Hauts-de-Seine.

Dans sa déclaration d’intérêts, Patrick Balkany déclare n’exercer aucune activité professionnelle à la date de l’élection. Le député UMP des Hauts-de-Seine déclare toutefois 14 250 euros de droits d’auteur pour un ouvrage au cours des cinq dernières années. De plus, celui-ci indique avoir  été président du Conseil d'administration de la SEMARELP et déclare à ce titre une voiture de fonction à 8 680 euros par an. De plus en tant que maire de Levallois, Patrick Balkany déclare percevoir 24 960 euros par an d’indemnités (de 2008 à 2014).

Mais il y a un fait étrange dans cette déclaration d'intérêts : Patrick Balkany ne fait nulle part mention de sa femme, Isabelle. Celle-ci est pourtant sa première adjointe à la mairie de Levallois-Perret. Mais dans la rubrique "identification du conjoint, du partenaire lié par un pacte civil de solidarité ou du concubin", Patrick Balkany a préféré écrire "Néant".

Pour rappel, Isabelle Balkany a récemment été mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale. Les juges Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon enquêtent sur les véritables propriétaires des deux villas où réside régulièrement le couple Balkany et d'éventuelles dissimulations au fisc. Concernant l'une des deux villas, à Saint-Martin aux Antilles, Isabelle Balkany a admis devant les enquêteurs qu'elle en était propriétaire depuis 1997 et qu'elle était "l'ultime ayant-droit de la société" propriétaire du bien. Son avocat a déclaré qu'elle avait été acquise avec des "fonds parfaitement licites", mais qu'elle n'avait "pas été régulièrement déclarée" et que "l'ISF n'a pas été réglé". Les enquêteurs soupçonnent aussi ce couple d'amis intimes de Nicolas Sarkozy d'être le véritable propriétaire de l'autre villa, à Marrakech.

 

lu sur l'Observatoire des subventions

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !