Déchéance de nationalité : pour 58% des Français, Hollande a eu tort de l'abandonner | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Déchéance de nationalité : pour 58% des Français, Hollande a eu tort de l'abandonner
©Reuters

Erreur

Déchéance de nationalité : pour 58% des Français, Hollande a eu tort de l'abandonner

Près des trois quarts des Français estiment que la gauche est responsable de cet abandon, selon un sondage Odoxa pour iTélé et Paris Match.

Voilà qui ne va pas arranger sa cote de popularité. Une large majorité des Français estiment que l'abandon du projet de réforme de la Constitution pour y intégrer la déchéance de la nationalité est une erreur. Ils sont 58% à estimer qu'il a eu tort de renoncer à réformer la Constitution, contre 41% qui estiment qu'il a eu raison d'abandonner son projet. Les sympathisants de droite sont les plus nombreux à être en désaccord avec la décision du chef de l'Etat : 74% estiment qu'il a eu tort de renoncer. A l'inverse, 59% des sympathisants de gauche approuvent sa décision

Même si 80% des Français considèrent que les débats autour de la déchéance de nationalité n'ont pas été "clairs" et 84% pas "à la hauteur de l'enjeu", ils sont près des trois quarts (71%) à estimer que la décision d'y renoncer "remet en cause l'autorité de François Hollande en tant que chef de l'État".

Pour les Français, il est clair que cet abandon est imputable "avant tout" aux responsables politiques de gauche. Ils sont 72% à le penser, contre 27% qui estiment que la responsabilité incombe avant tout à ceux de droite. 87% des sympathisants de droite et 59% de ceux de gauche accusent les responsables de gauche.

L'enquête menée par Odoxa montre aussi qu'une très grande majorité des sondés (87% ; dont 81% des sympathisants de gauche et 96% de ceux de droite) estiment qu'il existe en France "de nombreuses villes qui ressemblent à Molenbeek".

Alors que la sortie du ministre de la ville, Patrick Kanner, sur la "centaine" de Molenbeek en France a créé une gêne à gauche, deux tiers des sondés pensent que certains responsables politiques ont raison de comparer Molenbeek à des quartiers français, car "cela permet une meilleure prise de conscience du danger". 33% estiment à l'inverse que "cela ne fait qu'attiser les peurs".

Lu sur Itélé

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !