De l'immigration à l'abstention, en passant par l'islam : comment les chiffres nous induisent-ils en erreur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
De l'immigration à l'abstention, en passant par l'islam : comment les chiffres nous induisent-ils en erreur
©

Idées reçues

De l'immigration à l'abstention, en passant par l'islam : comment les chiffres nous induisent-ils en erreur

Une étude réalisée par Ipsos-Mori révèle que les opinions publiques de plusieurs pays raisonnent souvent sur des données erronées.

Le dernier sondage Ipsos-Mori, intitulé "Les périls de la perception", évoque le fossé grandissant entre la réalité des chiffres et la perception que s'en fait l'opinion, à propos de plusieurs thèmes sociétaux. 

Pour les besoins de cette étude, des habitants de 14 pays ont été interrogés par Ipsos Mori afin de jauger leur niveau de connaissance sur différents sujets de société et d'actualité. 

Il ressort par exemple de cette étude que toutes les personnes sollicitées ont tendance à surestimer les chiffres de l'immigration dans leurs pays respectifs. En France, il est par exemple commun de penser que les immigrés totalisent 28% de la population. Ces derniers ne représentent en fait que 10% de la population. 

En marge de cette étude, Ipsos Mori a crée "l'index de l'ignorance" : Les trois premiers de cet index sont l'Italie, les Etats-Unis, et la Corée du Sud. La France se trouve quant à elle en sixième position. 

"Ces perceptions erronées soulèvent un problème pour un débat public éclairé et l'élaboration des politiques. Par exemple, les priorités publiques pourraient être différentes si nous avions une vue plus claire de l'ampleur de l'immigration et l'incidence réelle de mères adolescentes" a estimé Bobby Duffy, directeur général d'Ipsos Social Research Institute.

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !