Dans le Nord, François Hollande appelle à la "concorde" aux côtés de Xavier Bertrand | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"La France est partagée entre des sensibilités différentes, elles sont nécessaires, indispensables même à la démocratie", estime le chef de l'Etat.
"La France est partagée entre des sensibilités différentes, elles sont nécessaires, indispensables même à la démocratie", estime le chef de l'Etat.
©POOL New / Reuters

Déplacement

Dans le Nord, François Hollande appelle à la "concorde" aux côtés de Xavier Bertrand

"Face aux épreuves et aux défis, notre pays a besoin de concorde pour résister face à la menace terroriste, pour écarter la peur qui mine la cohésion", a déclaré François Hollande.

À l'occasion d'un déplacement à Neuville-Saint-Vaast ce jeudi pour inaugurer un monument commémorant les fraternisations durant la Première Guerre mondiale, le chef de l'Etat a loué Xavier Bertrand, vainqueur des élections régionales dans le Nord face à Marine Le Pen dimanche dernier. Après avoir salué l'action du président socialiste sortant Daniel Percheron, qui "s'efface après tant d'années au service de la collectivité, si attaché à cette terre du Pas-de-Calais", François Hollande a prôné des valeurs de "solidarité, de fraternité, et de concorde". Selon lui, Xavier Bertrand, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, "vient, après l'épreuve du suffrage universel, de prendre la responsabilité de cette grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie", avec "une responsabilité commune pour répondre aux défis, aux alertes qui nous sont aujourd'hui lancées".

"La France est partagée entre des sensibilités différentes, elles sont nécessaires, indispensables même à la démocratie. (...) Le débat est toujours utile, il est même inhérent à la République et rien ne serait pire que de l'éteindre, mais face aux épreuves et aux défis, notre pays a besoin de concorde pour résister face à la menace terroriste, pour écarter la peur qui mine la cohésion, pour répondre aux conséquences des crises", a déclaré François Hollande. "Voilà pourquoi nous avons besoin, au-delà de ce qui peut nous séparer, de concorde. Ne transformons pas nos différences en défiances, nos divergences en discordes. Nous sommes tous dépositaires de la République", a-t-il ajouté.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !