Damian Abad accusé de viols : Elisabeth Borne affirme qu’elle n’était « pas au courant » et qu’il n’y aura « aucune impunité » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Elisabeth Borne s’est exprimée suite aux accusations d'agressions sexuelles qui visent le nouveau ministre des Solidarités, Damien Abad,
Elisabeth Borne s’est exprimée suite aux accusations d'agressions sexuelles qui visent le nouveau ministre des Solidarités, Damien Abad,
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Accusations

Damian Abad accusé de viols : Elisabeth Borne affirme qu’elle n’était « pas au courant » et qu’il n’y aura « aucune impunité »

La Première ministre Elisabeth Borne s’est exprimée ce dimanche pour la première fois suite aux accusations d'agressions sexuelles qui visent le nouveau ministre des Solidarités, Damien Abad, après des révélations de Mediapart.

La Première ministre Elisabeth Borne a réagi ce dimanche auprès de BFMTV, lors d'un déplacement dans le Calvados, suite aux accusations de viols concernant Damien Abad, qui vient d’être nommé vendredi au poste de ministre des Solidarités. Elisabeth Borne a affirmé qu'elle « n'étai(t) pas au courant des signalements » faits par les victimes présumées :

« J'ai découvert l'article de Mediapart hier, je n'ai pas plus d'éléments que le fait que l'affaire a été classée sans suite. Je peux vous assurer que s'il y a de nouveaux éléments, si la justice est à nouveau saisie, on en tirera toutes les conséquences. (…) Sur tous ces sujets de harcèlement, d'agression sexuelle, il ne peut y avoir aucune impunité pour que les femmes qui peuvent être victimes d'agression, de harcèlement puissent libérer leur parole ».

Deux femmes accusent Damien Abad de viols en 2010 et 2011. Un signalement a été adressé sur ces faits à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique, selon des informations de BFMTV et de Mediapart. Une première plainte avait été déposée en 2012 et une deuxième en 2017. Les deux ont été classées sans suite, d’après BFMTV de source judiciaire.

Damien Abad « conteste avec la plus grande force » ces accusations, dans un communiqué publié ce dimanche :

« Ces accusations relatent des actes ou des gestes qui me sont tout simplement impossibles à raison de mon handicap ».

Damien Abad souffre d'arthrogrypose, une condition qui « limite (ses) mouvements et (ses) gestes du quotidien ».

Ancien président du groupe LR à l'Assemblée nationale, Damien Abad a été nommé au gouvernement à la fonction de ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées.

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !