Dakar 2022 : un « engin explosif improvisé » est bien à l'origine de l'explosion du véhicule de Philippe Boutron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Un véhicule engagé lors de l'étape 8 du Rallye Dakar 2022 entre al-Dawadimi et Wadi Ad-Dawasir en Arabie saoudite, le 10 janvier 2022.
Un véhicule engagé lors de l'étape 8 du Rallye Dakar 2022 entre al-Dawadimi et Wadi Ad-Dawasir en Arabie saoudite, le 10 janvier 2022.
©FRANCK FIFE / AFP

Investigations

Dakar 2022 : un « engin explosif improvisé » est bien à l'origine de l'explosion du véhicule de Philippe Boutron

L'explosion ayant gravement blessé le pilote Philippe Boutron, en décembre 2021 en Arabie Saoudite juste avant le départ du Dakar, a été causée par « un engin explosif improvisé », selon les enquêteurs qui se sont rendus sur place. Des traces d'explosif ont été trouvées sur le véhicule. La piste terroriste est donc confirmée.

Un « engin explosif improvisé » est bien à l'origine de l'explosion d'un véhicule lors du Dakar 2022 en Arabie Saoudite, selon des informations de RTL et de France Info.

Des traces d'explosif ont été trouvées lors des prélèvements sur le camion d'assistance conduit par le Français Philippe Boutron, au moment du déplacement en Arabie Saoudite du parquet national antiterroriste (Pnat) et des enquêteurs de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Ce constat vient donc confirmer la piste terroriste de l'explosion.

Selon la rédaction de France Info, une vidéo d'une caméra de l'hôtel Donatello où résidait l'équipe française montre plusieurs individus s'affairer autour du véhicule pris pour cible, avant l'explosion.

Le 30 décembre 2021 à Djeddah, en Arabie saoudite, avant-veille du départ du rallye Dakar 2022, le camion conduit par Philippe Boutron, avec son équipage composé de quatre autres Français, a explosé. Le pilote de 61 ans a été gravement touché aux jambes et a été rapatrié en France après avoir été opéré en Arabie saoudite.

« Je ne sais pas quand je pourrai remarcher », avait témoigné le 27 janvier dernier Philippe Boutron, sur l'antenne de France Bleu Orléans. Il est toujours actuellement hospitalisé à Clamart.

Le PNAT, le parquet national antiterroriste, avait ouvert une enquête préliminaire le 4 janvier.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !