D'après les avocats d'Alexandre Benalla, il a "pris l’initiative de prêter main forte" aux policiers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
D'après les avocats d'Alexandre Benalla, il a "pris l’initiative de prêter main forte" aux policiers
©Thomas SAMSON / AFP

Silence brisé

D'après les avocats d'Alexandre Benalla, il a "pris l’initiative de prêter main forte" aux policiers

Dans un communiqué diffusé ce lundi 23 juillet, les avocats de l'ex-chargé de mission auprès de l'Élysée affirment que leur client est "abasourdi".

Alexandre Benalla sort du silence. Ce lundi 23 juillet, LCI diffuse le communiqué des avocats de l'ancien collaborateur de l'Élysée, mis en examen après avoir pris part à une opération des forces de l'ordre, le 1er mai dernier à Paris. Mes Laurent-Franck Lienard et Audrey Gadot expliquent notamment que leur client "est abasourdi par l'utilisation médiatique et politique de son action du 1er mai 2018 sur deux fauteurs de trouble qui agressaient les policiers."
"M. Benalla, en sa qualité de chargé de mission, adjoint au chef de cabinet du président de la République, a été invité par la DOPC de la préfecture de police de Paris, à observer les opérations de maintien de l'ordre à l'occasion des manifestations du 1er mai, annoncées pour être particulièrement violentes. Il a été accueilli et équipé par les services de police qui lui ont assigné différentes positions", précise tout d'abord le communiqué. 
Et d'ajouter que "témoin des agissements de deux individus particulièrement virulents et de l'apparent dépassement des capacités opérationnelles des policiers sur place, M. Benalla a pris l'initiative de prêter main forte au dispositif en aidant à la maîtrise de ces personnes. Cette action vigoureuse mais menée sans violence n'a causé aucune blessure."
Lu sur LCI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !