Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©ZINYANGE AUNTONY / AFP

Cataclysme

Cyclone Idai : le bilan pourrait dépasser 1.000 morts au Mozambique et au Zimbabwe

Idai "pourrait être le cyclone le plus meurtrier en Afrique australe" à ce jour, selon l'organisation Care.

L'Afrique australe n'a pas connu de cyclone aussi violent depuis Eline en 2000. Depuis la semaine dernière, le Mozambique, le Zimbabwe et le Malawi sont frappés par le cyclone Idai. Ce dernier a déjà fait au moins 300 morts et pourrait en tuer encore plus, selon les secours qui cherchent toujours à venir en aide aux rescapés. En effet, le bilan pourrait dépasser 1.000 morts. Selon la Croix Rouge et le Croissant Rouge, "90% de la ville de Beira", 500.000 habitants, ont été "endommagés ou détruits". Des milliers de personnes sont toujours réfugiées sur des arbres et des toits.

"Nous parlons d'un désastre majeur"

Au Mozambique, un deuil national de trois jours a débuté ce mercredi 20 mars. Selon le ministre mozambicain de l'Environnement Celson Correia, dans le centre du pays, une surface d'un rayon de 100 kilomètres est actuellement totalement inondée. Près de 350.000 personnes sont bloquées dans des zones inondées. Plusieurs barrages menacent de céder au Mozambique, leur capacité approchant du niveau maximum. Au Zimbabwe voisin, le président Emmerson Mnangagwa s'est rendu mardi dans la province du Manicaland (est), la plus touchée par le cyclone, pour évaluer les dégâts. Au Mozambique comme au Zimbabwe, de nombreux ponts et routes ayant été emportés par les eaux compliquent les opérations de secours et l'évaluation des besoins. De fortes pluies sont encore attendues dans les prochains jours.

Idai "pourrait être le cyclone le plus meurtrier en Afrique australe" à ce jour, a estimé l'organisation Care. "Nous parlons d'un désastre majeur", a ajouté le porte-parole du Bureau des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Jens Laerke, à Genève. L'organisation Amnesty International a appelé la communauté internationale à se mobiliser devant l'ampleur de la catastrophe, mais aussi devant les conséquences du changement climatique.

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !