Cyberespionnage : la France aurait développé un logiciel espion nommé "Babar" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Cyberespionnage : la France aurait développé un logiciel espion nommé "Babar"
©Reuters

Révélation

Cyberespionnage : la France aurait développé un logiciel espion nommé "Babar"

Le cyberespion des services secrets français aurait notamment été utilisé en Iran.

Le lanceur d’alerte Edward Snowden révélait l’année dernière un document qui évoquait une opération de cyberespionnage conduite par la France grâce à l’aide d’un spyware répondant au nom de "Babar".

Aujourd’hui, les fonctionnalités de ce spyware sont décrites et analysées en détail dans un rapport réalisé par Marion Marschalek, une experte en sécurité. Marion Marschalek et Paul Rascagnères, également expert en la matière, ont eu accès au spyware et l’ont analysé. Conclusion : il s’agirait bien d’un cyber espion des services secrets français. Les deux experts ont observé un grand nombre de similitudes entre le malware étudié et le logiciel évoqué par Snowden.

Il ne s'agit que de soupçons, et les preuves manquent. "Connaître précisément l'origine d'un logiciel malveillant n'est jamais aisé, et encore moins lorsqu'il s'agit de malware professionnel et spécialisé" rappelle Paul Rascagnères. Le rapport des deux experts confirme que "Babar" a toutes les fonctionnalités nécessaires au cyberespionnage. Il peut enregistrer et transmettre ce qui s'affiche à l'écran de l'ordinateur qu’il visite ou les frappes sur le clavier. Des conversations peuvent aussi être espionnées.

"Avec l'appui possible d'un Etat, ce logiciel d'espionnage ne s'est pas propagé massivement, mais s'est limité à des cibles choisies bien précises", rapporte Paul Rascagnères. Selon les révélations de Snowden, "Babar" aurait notamment été utilisé en Iran.

Lu sur le JDN

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !