Cyber-espionnage de la NSA : le directeur technique de Mozilla défend les navigateurs open source | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Cyber-espionnage de la NSA : le directeur technique de Mozilla défend les navigateurs open source
©

Anti 1984

Cyber-espionnage de la NSA : le directeur technique de Mozilla défend les navigateurs open source

Selon lui, son navigateur est difficile à saboter, du fait de son code source vérifiable à tout moment.

"Mozilla a un avantage décisif sur tous les autres éditeurs de navigateurs. Nos produits sont vraiment open source". Samedi, sur son blog, Brendan Eich, le directeur technique de la fondation Mozilla, en appelait aux chercheurs en sécurité du monde entier pour créer des systèmes informatiques où il est possible de s'assurer que le même code est utilisé pour actualiser toutes les machines concernées. Dans le contexte de défiance générale engendré par les révélations d'Edward Snowden sur l'espionnage de la NSA sur le Web, Eich a rappelé que le navigateur Mozilla Firefox a un code qui vient d'une source ouverte et vérifiable par tout le monde.  

Récemment, Edward Snowden a déclaré que la NSA se servait de données enregistrées sur des compagnies privées comme Google ou Facebook. Par ailleurs, il y a peu,  la justice américaine a forcé le fournisseur de service de messagerie cryptée Lavabit à lui livrer ses clefs de chiffrement"Comme le cas Lavabit le démontre, le gouvernement pourrait bientôt demander aux vendeurs de navigateurs d'intégrer secrètement des codes de surveillance dans ceux délivrés aux internautes". "Nous n'avons pas entendu parler d'un tel cas. Cependant, si cela arrivait, nous n'aurions aucun moyen de le savoir", écrit Brendan Eich.

C'est pourquoi, selon lui, Mozilla est plus fiable. "Nos produits sont vraiment open source. Internet Explorer est complètement fermé et, tandis que les moteurs de rendu comme WebKit et Blink (chromium) sont open source, les navigateurs Safari et Chrome qui les utilisent ne sont pas entièrement open source. Les deux contiennent des portions significatives de code source fermé", écrit-il. En revanche, si saboter Mozilla n'est pas impossible, cela serait plus compliqué, du fait de son code source, vérifiable à tout moment. 

lu sur Wired.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !