Croquettes animales : chiens et chats mangeront moins cher | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Croquettes animales : chiens et chats mangeront moins cher
©

Wouf de soulagement

Croquettes animales : chiens et chats mangeront moins cher

Trois fabricants de croquettes animales leaders du marché ont écopé d'une amende de 35,3 millions d'euros pour entente illégale.

L’Autorité de la concurrence a annoncé ce mardi avoir infligé une amende de 35,3 millions d'euros à trois fabricants "leaders" de croquettes pour chiens et chats et à leurs filiales pour "avoir limité la concurrence" entre 2004 et 2008 dans la distribution spécialisée (les animaleries, jardineries, magasins de bricolage, libre-services agricoles, éleveurs et vétérinaires).

Les groupes sanctionnés sont le suisse Nestlé (Purina) et les américains Mars (Royal Canin) et Colgate-Palmolive (Hill's Pet Nutrition), qui représentaient à l'époque plus de 70 % des ventes de croquettes dans la distribution spécialisée. Les deux premiers ont, pendant cinq ans, "mis en œuvre un ensemble de pratiques ayant tendu à restreindre la concurrence", selon l'Autorité de la concurrence. Ils auraient notamment imposé à leurs grossistes, qui revendaient eux-mêmes les produits à des magasins spécialisés, des prix de revente. Des pratiques "de nature à engendrer des surcoûts et donc des répercussions sur les prix pratiqués vis-à-vis des consommateurs finaux", précise l'Autorité de la concurrence.

Hill's Pet Nutrition se serait quant à lui entendu avec ses grossistes-vétérinaires pour "pour interdire les exportations de ses produits hors du territoire français". Selon l'Autorité de la concurrence, les ententes ont porté sur des produits "suscitant un investissement affectif de la part des consommateurs finaux, auxquels la fidélité aux marques confère un caractère vulnérable".

Des réductions de sanctions ont néanmoins été accordées aux trois fabricants qui n'ont pas contesté les griefs et pris des engagements sur leurs programmes de conformité aux règles de la concurrence.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !