Croissance "quasi nulle" en France jusqu’à fin 2013 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
"Les moteurs intérieurs de la croissance sont à l’arrêt" explique l'Insee
"Les moteurs intérieurs de la croissance sont à l’arrêt" explique l'Insee
©Reuters

Le plat pays

Croissance "quasi nulle" en France jusqu’à fin 2013

La prévision de +0,1% pour le deuxième trimestre reste, elle, inchangée.

L’économie française va connaître une croissance "quasi nulle" pendant toute la première moitié de 2013, a annoncé l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dans sa note de conjoncture de mars diffusée jeudi soir. L’évolution du produit intérieur brut (PIB) en janvier-mars par rapport au trimestre précédent a été révisée à la baisse à 0,0% contre une estimation de +0,1% donnée dans la note de décembre. La prévision de +0,1% pour le deuxième trimestre reste inchangée.

"La croissance est «quasi-nulle, un peu à l’image de ce que l’on voit en zone euro en moyenne" pour le premier semestre, a déclaré à la presse le chef du département de la conjoncture de l’Insee, Cédric Audenis. "Globalement, le climat est dégradé mais pas plus qu’il y a six mois", a-t-il ajouté : "En fait la situation économique française est relativement stable depuis plusieurs semestres". "Les moteurs intérieurs de la croissance sont à l’arrêt, tant la consommation des ménages avec un pouvoir d’achat en berne, l’investissement logement avec le BTP qui est dans une phase basse du cycle, et l’investissement des entreprises évidemment avec des perspectives d’activité faibles", a-t-il résumé.

L’institut maintient son estimation annoncée le 14 février d’une contraction de 0,3% de l’activité au quatrième trimestre et de croissance nulle sur toute l’année 2012. Le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, était convenu mi-février que la prévision du gouvernement d’une croissance à 0,8% en 2013 devrait être "repensée". Mardi, il a précisé que la prévision de croissance de 0,1% pour la France en 2013 établie par la Commission européenne était une "base de travail" pour l’hypothèse que le gouvernement va lui-même fixer dans les prochains jours.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !