Croissance allemande : la Banque centrale abaisse les prévisions pour 2013 et même 2014 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Croissance allemande : la Banque centrale abaisse les prévisions pour 2013 et même 2014
©

Dégringolade

Croissance allemande : la Banque centrale abaisse les prévisions pour 2013 et même 2014

La Bundesbank table désormais sur une croissance du Produit intérieur brut allemand de 0,3% en 2013, contre 0,4% attendu jusqu'alors, et de 1,5% en 2014, contre 1,9% auparavant.

L'économie allemande se porte bien, ne vous en faîtes pas ! Mais si les prévisions de croissance restent bonnes, elles le seront finalement moins que prévues. En effet, la banque centrale allemande a légèrement abaissé vendredi ses pronostics de croissance pour l'Allemagne en 2013 et 2014. La Bundesbank estime qu'il y aura une croissance du Produit intérieur brut (PIB) allemand de 0,3% en 2013, contre 0,4% attendu jusqu'alors, et de 1,5% en 2014, contre 1,9% auparavant.

L'institution monétaire se trouve à peu près sur la même longueur d'ondes que le Fonds monétaire international (FMI), qui vient aussi d'abaisser sa prévision 2013 à 0,3%. Le gouvernement allemand, dont les dernières prévisions remontent à janvier, table pour sa part sur une croissance de 0,5% pour l'année en cours et un rebond de 1,6% l'année suivante.

Mettant en garde contre un relâchement au niveau de la consolidation budgétaire et des efforts de réformes, le président de la Bundesbank, Jens Weidmann estime que "beaucoup dépendra de la stabilisation ou non des pays de la zone euro en crise" et d'un véritable redressement de l'économie mondiale. En revanche, l'Allemagne peut compter sur "la situation positive de son marché du travail, la nette augmentation des salaires et le ralentissement de l'inflation", sources de soutien à la consommation.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !