Croissance à 1 %: l’Insee douche à son tour les espoirs du gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'Insee doute sérieusement de la capacité de la France à atteindre une croissance de 1% en 2014.
L'Insee doute sérieusement de la capacité de la France à atteindre une croissance de 1% en 2014.
©Reuters

Coup de la panne

Croissance à 1 %: l’Insee douche à son tour les espoirs du gouvernement

Selon la plus récente note de l’institut de la statistique, publiée mardi 24 juin, ce dernier table sur une croissance de 0,7 % en 2014, soit moins que la prévision du gouvernement, qui espère 1 %.

La croissance, c’est (pas encore) pour maintenant. Dans sa plus récente note de conjoncture, publiée mardi 24 juin, intitulée “La croissance revient, mais ne décolle pas”, l'Insee a dévoilé ses prévisions pour 2014. Des prévisions moroses. 

Selon l’institut de la statistique, la croissance ne serait que de 0,7% sur l’année entière, soit moins que le chiffre de 1% espéré par le gouvernement. Un chiffre déjà mis à mal le 11 juin dernier par le Haut Conseil aux Finances publiques qui avait émis de sérieux doutes sur cet objectif. Dans le détail, après une croissance de 0 % au premier trimestre, l'Insee estime que le PIB va progresser de 0,3% au deuxième, au troisième ainsi qu’au quatrième trimestre. Et comme le souligne lesechos.fr, c’est précisément ce premier trimestre avec une croissance nulle, “contrecoup des hausses de TVA et d’un hiver doux”, qui plombe la croissance annuelle.

Conséquence (entre autres) : le chômage ne devrait pas diminuer. L’Insee table en effet, à la fin de l’année, sur un taux de 10,2 % (outre-mer compris) contre 10,1 % actuellement.

Seule éclaircie évoquée : une légère hausse du pouvoir d’achat. Celui-ci devrait en effet augmenter de 0,7 %grâce au "moindre dynamisme des impôts et cotisations".

Lu sur bfmtv.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !