Croissance : Bruxelles doute des prévisions de Bercy et table sur 1,5% pour 2015 <!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Croissance : Bruxelles doute des prévisions de Bercy et table sur 1,5% pour 2015
©

La confiance règne...

En revanche, la Commission européenne semble croire au plan de rigueur annoncé par Manuel Valls.

L'exécutif européen a des doutes. Ce lundi, alors que Michel Sapin était à Bruxelles pour défendre la stratégie budgétaire de la France, la Commission européenne a annoncé une croissance de 1,5% pour 2015 dans l'Hexagone. Bercy tablait pourtant sur 1,7%.

Toutefois, la Commission semble croire au plan de rigueur de 50 milliards d'euros d'économies annoncé par Manuel Valls puisqu'elle compte sur une nette réduction du déficit public de la France en 2015. Et ce, même si Paris rate une nouvelle fois fois l'objectif de 3% imposée par Bruxelles. En effet, cette dernière prévoit un déficit public de 3,4% en 2015 alors que, jusqu'ici, elle prévoyait  3,9%.

En 2015, Paris envisage de faire 21 milliards d'économies, mais la Commission n'a pu retenir que le chiffre de 17,5 milliards d'euros dans ses estimations. En effet, Bercy ne lui pas rendu dans les temps les détails de son plan de réformes. Au coeur de ces dernières : le pacte de responsabilité aux entreprises, qui prévoit la suppression de 30 milliards d'euros de cotisations patronales d'ici à 2017, avec pour objectif de relancer l'emploi en France. Cette mesure-ci a bien été incluse dans les estimations de la Commission. 

"Le gouvernement réaffirme sa détermination à mettre en oeuvre le Pacte de responsabilité et de solidarité et à réaliser les 50 milliards d'euros d'efforts d'économies nécessaires pour ramener le déficit à 3% du PIB en 2015" a écrit Michel Sapin après la rencontre.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !