Critiques sur Hollande et le G20, anecdote avec Obama : quand Nicolas Sarkozy fait son show à Monaco (VIDEO) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy fait encore de nombreuses conférences
Nicolas Sarkozy fait encore de nombreuses conférences
©Reuters

Show man

Critiques sur Hollande et le G20, anecdote avec Obama : quand Nicolas Sarkozy fait son show à Monaco (VIDEO)

L'ancien président a donné une conférence privée sur le thème des "grands enjeux économiques mondiaux" ce mercredi lors d'une convention interne du groupe d'audit Deloitte.

La conférence se voulait ultra confidentielle. Mais Nicolas Sarkozy savait qu'il était enregistré, ce dont il a plaisanté dès le début de la conférence : "parler est un risque (…), mais un risque calculé que je suis ravi de prendre avec vous". Un enregistrement qui a été diffusé par Nice-Matin ce vendredi.

C'est en compagnie de sa femme Carla Bruni Sarkozy que l'ex président français s'est rendu sur le rocher. Il a répondu aux questions des salariés du géant de l'audit et du conseil, Deloitte, un public largement conquis par son discours orienté sur des sujets économiques, internationaux et géopolitiques. En effet, il s'est exprimé avec "énergie" et "charisme" selon un dirigeant de Deloitte.    

Après avoir blagué sur la coupe du monde de football, il  a commencé son one-man show : "Ne vous inquiétez pas, après ce rendez-vous, je redeviendrai juste le mari de Carla Bruni. Juste cinq minutes de célébrité pour moi".  

Il s'est ensuite moqué du président François Hollande sans toutefois le nommer. "Le malheur des leaders c'est le consensus. Une décision prise par consensus est forcément une décision prise en retard (…) En général on ne croit pas à un leader qui va moins loin, moins vite". Avant de faire un comparatif ironique avec son couple : "avec Carla c'est beaucoup plus simple, il n'y a pas de consensus, si Carla est d'accord, je suis d'accord. C'est un système beaucoup plus rapide. Je profite d'avoir le micro, je n'ai pas besoin de lui demander son avis..."


Conférence de Nicolas Sarkozy à Monaco: "Un...par nice-matin

L'ex président a ensuite livré son flot d'anecdotes et de phrases croustillantes. "Le G20, cest pas pour critiquer, mais ils ne prennent plus aucune décision". En ce qui concerne Barack Obama, l'ex président a fait encore une fois rire son public. "Au début de notre présidence commune, M. Obama m'a téléphoné et m'a dit "Je pars en Chine voir le président Hunji Tao. Je vais lui proposer une alliance entre la Chine et les Etats-Unis pour créer le nouveau leadership mondial." Je lui ai dit bon courage". 

Nicolas Sarkozy s'est par ailleurs longuement exprimé sur des questions de sécurité internationale, au risque de provoquer certains. "Peut-être allez vous être choqués, mais la meilleure façon de combattre les extrémistes c'est de les laisser aller au pouvoir pour que les gens comprennent que, en plus de leur fanatisme, ils sont nuls (…) Regardez la Tunisie. Ils ont mis dehors Ben Ali. Ils ont eu deux ans les islamistes, ils ne veulent plus en entendre parler". 


Conférence de Nicolas Sarkozy à Monaco: "Au G20...par nice-matin

Puis, il est revenu sur la Libye et sur ce qu'il pensait franchement de l'ex dirigeant Kadhafi. " La pire chose pour notre monde serait un conflit entre l'orient et l'occident. Et je dis cela ici à Monaco, au bord de la Méditerranée. (…) Il y a un peu plus d'un milliard d'arabes dans le monde. Une question centrale est, comment ce milliard de musulmans peut-il accepter, comprendre et partager l'idée du progrès économique, de la croissance et de la modernité ? Ce n'est pas un petit sujet.  Et cela a beaucoup compté dans ma décision d'intervenir en Lybie. Outre que Kadhafi était un dictateur fou furieux".

Lu sur leparisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !