Crise du porc : les cotations vont reprendrent, les géants du secteur boycottent toujours | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Crise du porc : les cotations vont reprendrent, les géants du secteur boycottent toujours
©REUTERS/Stephane Mahe

Une éclaircie mais...

Crise du porc : les cotations vont reprendrent, les géants du secteur boycottent toujours

La décision a été annoncée à la suite d'une réunion de crise au ministère de l'Agriculture, ce lundi.

Une éclaircie pour les éleveurs…mais la crise couve toujours. Le marché du porc breton (MPB), située à Plérin, dans les Côtes-d'Armor, va rouvrir ce mardi matin, après plus d'une semaine de suspension de ses cotation. La décision a été annoncée par le président du MPB Daniel Picart, à la suite d'une réunion de crise ce lundi au ministère de l'Agriculture, autour de Stéphane Le Foll. Le MPB ne représente que 15% des ventes de porcs hebdomadaires mais fixe le prix de référence au niveau national. La reprise des cotations se fera à 11 heures.

Toutefois, les tensions demeurent. Bigard et de la Cooperl, les deux géants du secteur, qui représentent environ 30% des achats du marché de Plérin, boycottent toujours ce dernier, car ils refusent de payer le prix préconisé par le gouvernement pour les éleveurs, 1€40 euro le kilo.

Les deux mastodontes ont donc boudé la rencontre de lundi, mais seront reçues chacune de leur côté par le ministre de l'Agriculture : mardi après-midi pour la Cooperl et mercredi pour Bigard. Daniel Picart a admis que "la mécanique du marché peut faire descendre le prix en dessous de 1,40 euro".

Au-delà de la reprise des échanges au marché de Plérin, la question d’une réforme de la fixation des prix du porc est désormais officiellement posée.

Lu sur l'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !