Crise des migrants : malgré l'accord UE-Turquie, le flux de réfugiés reste "trop élevé" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Selon l'Organisation internationale des migrations, plus d'un million de migrants sont entrés dans l'UE en 2015, dont près de 850 000 par la me Égée.
Selon l'Organisation internationale des migrations, plus d'un million de migrants sont entrés dans l'UE en 2015, dont près de 850 000 par la me Égée.
©Reuters

Effort insuffisant

Crise des migrants : malgré l'accord UE-Turquie, le flux de réfugiés reste "trop élevé"

"Le nombre de gens qui arrivent en Grèce est toujours beaucoup trop élevé, entre 2 000 et 3 000 par jour", estime le vice-président de la Commission européenne.

Malgré l'accord signé entre et l'Union européenne et Ankara pour contenir le flux de migrants arrivant en Europe par la Turquie, le vice-président de la Commission européenne estime que celui-ci est toujours "trop élevé". 

"Le nombre de gens qui arrivent en Grèce est toujours beaucoup trop élevé, entre 2 000 et 3 000 par jour (…) Nous ne pouvons pas nous en satisfaire", a déclaré ce lundi Frans Timmermans lors d'une visite en Turquie. "Je pense que nous devons accélérer nos travaux afin de pouvoir lancer des projets", a-t-il ajouté. L'accord signé au mois de novembre prévoit un "plan d'action" basé sur une aide de 3 milliards d'euros apportée à la Turquie. En échange, le pays s'engage à améliorer le contrôle de ses frontières et à coopérer dans la lutte contre les passeurs.

Selon l'Organisation internationale des migrations (OIM), plus d'un million de migrants sont entrés dans l'UE en 2015, dont près de 850 000 en traversant la mer Égée. Mais malgré cet engagement récent, d'importants flux de réfugiés, venant surtout d'Irak et de Syrie traversent toujours la mer Égée depuis les côtes turques pour atteindre les îles grecques. La Turquie accueille à elle seule 2,2 millions de Syriens et 300 000 Irakiens qui ont fui leur pays.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !