Crise des agriculteurs : des centaines de manifestants poursuivent leur action de blocage en Bretagne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Crise des agriculteurs : des centaines de manifestants poursuivent leur action de blocage en Bretagne
©Reuters

La colère

Crise des agriculteurs : des centaines de manifestants poursuivent leur action de blocage en Bretagne

Tous dénoncent des charges trop élevées et les cours inférieurs aux prix des productions de porc, de lait et de viande bovine.

Les éleveurs bretons continuent leur action de blocage ce jeudi et attendent toujours d'attirer l'attention du gouvernement. Ils ont commencé mercredi 20 janvier sur l'axe Rennes-Brest près de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) et menacent d'y rester "plusieurs jours", tant que le Premier ministre ne sera pas venu à leur rencontre. Tous dénoncent des charges trop élevées et les cours inférieurs aux prix des productions de porc, de lait et de viande bovine.

Les agriculteurs ont installé un véritable camp de fortune avec tentes, estrade et barbecue. Un roulement a été mis en place afin que les militants se relayent nuit et jour. Une façon de prouver qu'ils n'ont pas l'intention d'abandonner. Des dizaines de pneux ont été déversés sur la RN12, entre Saint-Brieuc et Yffiniac, féquentée quotidiennement par 60 000 voitures. Hier, mercredi 20 janvier, un dernier bilan faisait état de 450 agriculteurs à hauteur de Trégueux, 39 tracteurs, 21 remorques et 60 voitures.

Une réunion s'est tenue le 20 janvier à la préfecture avec Didier Lucas, président de la FDSEA 22 et un représentant des Jeunes agriculteurs, pour discuter des suites de cette action.  "On n’a reçu aucune réponse", a expliqué Didier Lucas. "On nous propose une réunion la semaine prochaine avec le préfet de Région et la Région. Nous voulons des avancées significatives sur l’étiquetage et les fonds structurels. Nous restons au Perray".
 

Lu sur Ouest France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !