Crise de la zone euro : elle pourrait se terminer en 2013 selon Standard & Poors | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'Europe bientôt sortie de la crise ?
L'Europe bientôt sortie de la crise ?
©

Bout du tunnel

Crise de la zone euro : elle pourrait se terminer en 2013 selon Standard & Poors

Cet objectif est difficile mais peut être atteint, indique l'agence de notation qui met toutefois en garde contre les risques qui perdurent et justifient selon elle le maintien de perspectives négatives.

Le plus gros de la crise est-il derrière nous ? Et si l'Europe commençait à sortir de la crise en 2013 ? C'est un avis rarissime mais soutenu par l'agence de notation Standard & Poors dans une analyse publiée mercredi. "Cette année pourrait être décisive pour déterminer si la zone euro peut émerger de ses problèmes liés aux dettes souveraines", écrit l'agence de notation dans ce document intitulé "La crise de la dette en zone euro: 2013 pourrait être une année charnière".

"Néanmoins, nous croyons que la confiance des investisseurs ne reviendra que si les États membres poursuivent le rééquilibrage de leurs économies, à la fois en stabilisant structurellement les dettes publiques et en réduisant davantage les déficits extérieurs", selon Moritz Kraemer, analyste crédit chez Standard & Poors. Ces objectifs sont difficiles mais peuvent être atteints, poursuit l'agence de notation qui met toutefois en garde contre les risques qui perdurent et justifient selon elle le maintien de perspectives négatives sur une bonne partie des notes des pays de la zone euro.

Standard & Poors est la seule agence qui ait retiré leur triple A, la meilleure note possible, aux Etats-Unis durant l'été 2011. C'est également elle qui la première a dégradé la note souveraine de la France, la rétrogradant en janvier 2012 d'un cran (de AAA à AA+).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !