Criminalité : "La suppression des contrôles aux frontière" est un facteur aggravant, selon un rapport du ministère de l'Intérieur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Criminalité : "La suppression des contrôles aux frontière" est un facteur aggravant, selon un rapport du ministère de l'Intérieur
©

Etude

Criminalité : "La suppression des contrôles aux frontière" est un facteur aggravant, selon un rapport du ministère de l'Intérieur

"Valeurs Actuelles" s'est procuré un document confidentiel sur la criminalité en France.

Valeurs actuelles dévoile cette semaine le contenu d’un rapport du ministère de l’Intérieur sur la criminalité organisée en France, rédigé par le Service d’information, de renseignement et d’analyse stratégique sur la criminalité organisée (Sirasco). Destiné aux responsables de la police et de la gendarmerie nationale, ainsi qu’aux décideurs administratifs et judiciaires impliqués dans la lutte contre l’insécurité, ce document confidentiel indique, selon l’hebdomadaire, que les services français "ont une connaissance précise" des organisations criminelles qui font preuve d’une "ingéniosité sans borne".

Le rapport révèle notamment que les mafias italiennes investissent dans l’écologie ou des réseaux géorgiens blanchissent leur argent sur le territoire national. Il cite également "la suppression des contrôles aux frontières dans un ensemble de plus en plus vaste et les exemptions de visa au bénéfice de certains États" comme un facteur aggravant de la présence de groupes criminels en France. Le Sirasco s’inquiète également de la présence de diasporas dans l’Hexagone permettant l’installation et le développement de groupes criminels étrangers.

Sont particulièrement ciblés, les groupes géorgiens, "solidement implantées sur le territoire national où de multiples équipes de voleurs développent une délinquance de proximité sérielle" ; les clans roumains "structurés de manière pyramidale et spécialisés par domaines de criminalité", notamment le trafic d’êtres humains, "organisé à des fins d’exploitation sexuelle ou de mendicité", ainsi que les trafics marocains. Selon le rapport, "les fortes affinités entretenues avec des groupes criminels français issus des cités et les nombreuses possibilités de corruption sont autant de facteurs favorisant, en premier lieu, le trafic de résine de cannabis, mais également celui de cocaïne à destination de la France".

Un dossier à consulter en intégralité dans le prochain numéro de Valeurs Actuelles, à paraître jeudi.

Lu sur Valeurs Actuelles

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !