Crèche illégale à Marseille : 12 mois de prison avec sursis pour la responsable | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Crèche illégale à Marseille : 12 mois de prison avec sursis pour la responsable
©

La sanction tombe

Crèche illégale à Marseille : 12 mois de prison avec sursis pour la responsable

La responsable de la crèche illégale de Marseille, fermée fin juin, a été condamnée à 12 mois de prison avec sursis et 13 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel, ce mercredi.

La sanction est tombée pour Monique, cette ancienne infirmière de 59 ans. Placée en garde à vue le 27 juin dernier avant d'être relâchée, elle était poursuivie pour "travail dissimulé", "création sans autorisation d'un établissement de service d'accueil d'enfants de moins de six ans" et "non-respect des obligations de contrôle et de conformité d'établissements recevant du public". Initialement prévu le 24 août, son procès s'est donc déroulé ce mercredi et la responsable de la crèche illégale du centre de Marseille a écopé de 12 mois de prison avec sursis et de 13 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel.

Les charges initiales de "mise en danger d'autrui" ont finalement été abandonnées. Pour rappel, Monique s'occupait d'enfants âgés de six mois à trois ans pour 17 euros par jour et par famille. Avec une employée, elle avait quinze à vingt enfants à sa charge. Au sein de son appartement, qui disposait d'une cour intérieure de 30 m², huit lits et sept transats avaient été installés. Son avocat Christophe Pinel affirmait que « tout était transparent, l'Urssaf était au courant, des bulletins de salaire étaient édités et des contrats signés avec les parents ». Pour lui, il n'y « a pas de travail dissimulé »

La brigade du travail dissimulé de la Sûreté départementale étaient intervenus en collaboration avec la Protection maternelle et infantile (PMI) sur dénonciation anonyme. Cette femme est depuis « anéantie et sans ressources », selon l'avocat.  

 
Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !