Crash MH17 : 4 experts de l'OSCE sont arrivés en Ukraine, à proximité des combats | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crash MH17 : 4 experts de l'OSCE sont arrivés en Ukraine, à proximité des combats
©

Suite

Crash MH17 : 4 experts de l'OSCE sont arrivés en Ukraine, à proximité des combats

Des experts russes devraient également tenter de se rendre sur les lieux.

La mission de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) est arrivée en Ukraine ce jeudi après-midi. Deux semaines après le crash du Boeing de la Malaysia Airlines dans l'est du pays, quatre experts sont parvenus à rejoindre la zone.C'est une grande première car leurs précédentes tentatives avaient tourné à l'échec en raison de la proximité des combats entre les forces régulières ukrainiennes et les séparatistes pro-russes.

La sécurité des experts restent tout de même fragile car ils se trouvent à proximité des combats. "Les observateurs ont atteint le site et c'est le plus important maintenant", indique l'OSCE, qui ajoute que l'équipe a emprunté un nouveau trajet. La mission d'enquête a précisé dans un communiqué qu'elle allait effectuer dans la journée "une reconnaissance initiale, afin de pouvoir commencer ses recherches dès que possible, lors d'une prochaine visite".

Les autorités ukrainiennes avaient annoncé un peu plus tôt dans la journée la suspension de leur offensive militaire pour faciliter leur accès. Des experts russes devraient également tenter de se rendre sur les lieux, a rapporté l'agence Interfax citant l'aviation civile russe. Le lieu de la catastrophe se trouve dans un secteur contrôlé par les rebelles. D'après les Etats-Unis et leurs alliés, il reste "hautement probable" que le Boeing 777 ait été abattu par un missile sol-air SA-11 livré par la Russie aux séparatistes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !