Crash du vol MH17 : le Conseil de sécurité va adopter une résolution pour avoir un accès libre et sécurisé au site | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
298 personnes sont mortes dans le crash du vol MH17
298 personnes sont mortes dans le crash du vol MH17
©Capture

Action

Crash du vol MH17 : le Conseil de sécurité va adopter une résolution pour avoir un accès libre et sécurisé au site

Le texte demande "à tous les pays et protagonistes dans la région" de collaborer pleinement à "une enquête internationale complète, minutieuse et indépendante".

Les séparatistes pro-russes ont montré tout au long du week-end qu'ils avaient la main mise sur la zone dans laquelle le vol MH17 de la Malaysia Airlines a été abattu. Une situation qui inquiéte la communauté internationale qui a décidé de réagir. Sous l'impulsion de l'Australie, soutenue par la France, le Conseil de sécurité devrait adopter lundi après-midi une résolution réclamant des séparatistes un accès libre et sécurisé au site du crash de l'avion.

Ce texte demande "à tous les pays et protagonistes dans la région" de collaborer pleinement à "une enquête internationale complète, minutieuse et indépendante". La Russie est notamment visée dans ce document. Il "exige que cesse immédiatement toute activité militaire, y compris de la part des groupes armés (séparatistes), dans les environs immédiats" du site du crash pour faciliter cette enquête. Il "condamne dans les termes les plus forts possibles" l'attaque qui a abattu l'avion et réclame que les responsables rendent des comptes. Le projet de résolution "exige que les groupes armés qui contrôlent le site (...) fournissent un accès total, sans restrictions et sûr" à ce site et à ses environs pour les enquêteurs.

Il "invite tous les pays et protagonistes dans la région à collaborer pleinement avec l'enquête internationale"Le vote doit intervenir ce lundi vers 15h00. La Russie, membre permanent du Conseil, dispose d'un droit de veto. Vladimir Poutine également estimé que le crash de l'avion malaisien n'aurait "certainement pas eu lieu su les combats n'avaient pas repris le 28 juin" après la décision de Kiev d'arrêter le cessez-le-feu. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !