Crash du vol MH17 : Kiev et Moscou s'accusent mutuellement d'avoir tiré le missile | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crash du vol MH17 : Kiev et Moscou s'accusent mutuellement d'avoir tiré le missile
©Reuters

Longue portée

Crash du vol MH17 : Kiev et Moscou s'accusent mutuellement d'avoir tiré le missile

Le Boeing 777 aurait été abattu par un missile de longue portée, de type "Aster" ayant une portée d'interception de plus de 40 kilomètres, et dont la trajectoire vers le point d'impact est recalée par un radar au sol.

L'avion de la Malaysia Airlines s'est crashé ce jeudi après-midi dans l'Est de l'Ukraine avec 298 personnes à son bord ne laissant aucun survivant. Selon Washington, il aurait bien été abattu en vol. L'espace aérien ukrainien a été fermé jusqu'à nouvel ordre. Qui de l'Ukraine, des séparatistes prorusses ou de la Russie pourrait avoir lancé ce missile ? C'est la question qui est sur toutes les lèvres en ce vendredi. Les versions diffèrent. 

Quelques heures après les faits, le vice-président américain Joe Biden a rapidement affirmé dans les médias : L'avion a été abattu, ce n'est pas un accident"Des officiels américains déclaraient dans le même temps au New York Times que le vol MH17 avait été abattu par un missile sol-air, dans la lignée des informations diffusées par l'agence de presse Interfax-Ukraine. Les experts s'accordaient en effet à dire jeudi soir qu'il ne pouvait s'agir que d'une attaque de missile ou alors d'une bavure. Le Boeing 777 aurait donc été abattu par un missile de longue portée, de type "Aster" ayant une portée d'interception de plus de 40 kilomètres, et dont la trajectoire vers le point d'impact est recalée par un radar au sol. "Un tel dispositif, si ce scénario est avéré, ne pourrait qu'avoir été déployé par une grande puissance", explique un expert interrogé par Le Figaro.

Reste à savoir qui serait l'éventuel coupable. Jeudi soir, chaque camp se rejetait la faute. Le chef de la sécurité d'Etat ukrainienne a mis en cause deux responsables des services de renseignement militaire russes, en fondant ses accusations en partie sur des interceptions de conversations téléphoniques diffusées sur YouTube par les services de renseignement ukrainiens. Un conseiller du ministère de l'intérieur, Anton Guerachtchenko, a, quant à lui, affirmé que le missile provenait d'un système antiaérien "Bouk", de fabrication russe.

"Nous n'avons pas les armes pour toucher un avion à cette altitude"

En face, russes et prorusses accusent l'armée ukrainienne. Le président russe Vladimir Poutine a fait porter à l'Ukraine "la responsabilité de la terrible tragédie" qui "n'aurait pas eu lieu si la paix régnait dans ce pays, si les opérations militaires n'avaient pas repris". Plusieurs responsables séparatistes ont aussi pris la parole dans les médias internationaux pour assurer que leurs missiles étaient incapables d'atteindre une cible au-delà de 4 000 mètres, pointant de fait la responsabilité de l'armée ukrainienne. "Nous n'avons pas les armes pour toucher un avion à cette altitude [10 000 mètres]", a déclaré au New York Times Andreï Pourguine, vice-premier ministre de la "République populaire de Donetsk".

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !