Crash du vol Asiana 214 : la vitesse de l'avion a été évoquée trop tard par les pilotes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crash du vol Asiana 214 : la vitesse de l'avion a été évoquée trop tard par les pilotes
©

Mauvaise manip

Crash du vol Asiana 214 : la vitesse de l'avion a été évoquée trop tard par les pilotes

Les premiers éléments de l'enquête ont établi que l'appareil était trop lent et trop bas à son approche de l'aéroport de San Francisco.

C'est au dernier moment que les pilotes du vol Asiana 214 se sont aperçus que l'avion volait trop lentement. C'est ce qu'il faut retenir des dernières conclusions de l'enquête sur l'accident qui a fait 2 morts et presque 200 blessés. En effet, d'après les autorités américaines, les deux hommes n'ont commencé à discuter de la vitesse trop faible que dans les toutes dernières secondes avant le crash.

"Il n'y a aucune mention de la vitesse jusqu'à environ neuf secondes avant l'impact", a déclaré Deborah Hersman, directrice l'agence américaine de sécurité des transports (NTSB), après l'écoute des conversations à l'intérieur du cockpit, enregistrées par les boîtes noires. Plusieurs experts ont souligné que la décision de remettre les gaz avait été prise beaucoup trop tard.

Le pilote en charge de l'atterrissage, qui était en cours de qualification sur le Boeing 777, et son co-pilote instructeur, qui était formateur pour la première fois sur ce vol, n'ont pas utilisé les appareils de pilotage automatique. Ces derniers ne présentaient aucune anomalie, selon la NTSB.

Par ailleurs, le pilote avait évoqué un point lumineux qui l'aurait gêné dans son approche. Un argument réfuté par Deborah Hersman. "La source de lumière était juste en face de l'avion, mais pas sur la piste d'atterrissage" a-t-elle indiqué.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !