Crash du F-16 : ouverture d'une enquête après la mort de neuf Français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le crash a eu lieu sur le parking des avions
Le crash a eu lieu sur le parking des avions
©Reuters

Accident

Crash du F-16 : ouverture d'une enquête après la mort de neuf Français

Le ministre de la Défense est attendu dans le sud-est de l'Espagne ce mardi 27 janvier.

La France de nouveau touché, lundi 26 janvier. Cette fois, c'est un accident d'avion de combat F-16 qui a provoqué la mort de neuf Français. "C'est avec une très grande émotion que le président de la République a appris la mort de huit aviateurs suite à un accident causé par la chute d'un avion de combat F-16 peu après le décollage de la base d'Albacete (Espagne)", a déclaré l'Elysée dans un communiqué. Un militaire, blessé, a lui succombé à ses blessures mardi matin. Deux Grecs, les pilotes de l'avion, sont aussi morts dans cet accident.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est attendu sur place, au sud-est de l'Espagne, dans la journée du mardi 27 janvier, pour tenter de comprendre les évènements. Il semble que l'avion de combat grec, engagé au sein de l'Otan, s'est écrasé au décollage alors qu'il s'apprêtait à effectuer un entrainement, vers 15h lundi. Selon le ministère, le crash a eu lieu sur le parking de la base qui regroupait les avions et de nombreux pilotes. Sept des huit victimes étaient originaires de la base aérienne 133 de Nancy-Ochey (Meurthe-et-Moselle), selon son  commandant.

Par ailleurs, l'accident a fait dix-hui blessés, dont cinq sont dans un état grave. Avant le décès du militaire blessés, le ministère de la Défense avait détaillé le sort des Français : "Un blessé est en situation d'extrême urgence. Cinq autres sont en réanimation dont deux placés en coma artificiel. Trois autres blessés légers sont en sortie d'hôpital."

La base de Los Llanos est réputée pour l'excellence de sa formation qui regroupe une dizaine de nationalités et pas moins de 750 personnes sur le site. Une enquête a été ouverte pour comprendre le drame.

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !