Crash de l'avion d'Air Asia : une partie de l'épave remontée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crash de l'avion d'Air Asia : une partie de l'épave remontée
©

Les recherches continuent

Crash de l'avion d'Air Asia : une partie de l'épave remontée

Les équipes de recherches de l'épave de l'avion d'AirAsia qui s'est abîmé en Indonésie il y a deux semaines ont remonté à la surface une partie de la queue de l'appareil, cette nuit.

Deux semaines après le crash de l'appareil en mer de Java, les équipes ont utilisé de grands coussins de levage gonflables pour remonter cette partie de la queue de l'avion qui était à une trentaine de mètres de profondeur. "Nous avons soulevé la queue de l'avion à l'aide d'une grue et l'avons posée sur le bateau Crest Onyx", a déclaré samedi un porte-parole de l'armée indonésienne, Manahan Simorangkir.

Il s'agit de la plus grande section de l'appareil retrouvée jusqu'ici. Les équipes continuent de rechercher les boîtes noires contenant les paramètres du vol. Des signaux acoustiques qui proviendraient de ces boîtes noires ont été détectés hier, mais elles n'ont pas encore été retrouvées. Elles pourraient en effet être enfouies sous le sol de la mer, selon un responsable des recherches. "Le bateau à la surface de l'eau a détecté de faibles signaux acoustiques qui semblent provenir des boîtes noires à environ 1,6 km au sud-est de la queue de l'avion, et recouvertes par la boue", a-t-il ajouté.

D'importants moyens sont mis en oeuvre pour retrouver d'autres parties de l'avion ainsi que des victimes. Plusieurs pays ont apporté un soutien logistique aux opérations, dont la France, les États-Unis et la Russie.

Au 14e jour des recherches, 48 corps au total ont été repêchés. Parmi les 162 personnes à bord de l'appareil se trouvaient 155 Indonésiens, le copilote français, un Britannique, trois Sud-Coréens, un Malaisien et un Singapourien.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !