Crash de l'A321 dans le Sinaï : il s'agirait bien d'une bombe selon un responsable américain | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Crash de l'A321 dans le Sinaï : il s'agirait bien d'une bombe selon un responsable américain
©Mohamed Abd El Ghany/Reuters

Nouveau rebondissement

Crash de l'A321 dans le Sinaï : il s'agirait bien d'une bombe selon un responsable américain

Des explosifs auraient pu être introduits dans une valise ou dans une zone de l'avion avant le décollage, selon un responsable américain cité par CNN.

Les enquêteurs internationaux continuent leurs recherches autour du crash de l'A321 survenu dans la préninsule du Sinaï en Egypte. Alors que les Etats-Unis affirmaient, grâce à l'un de leurs satellites militaires, avoir détecté un flash de chaleur au niveau de l'avion lors du drame, un responsable américain cité par la chaîne CNN a affirmé récemment que l'appareil aurait bien explosé en vol.
Il est "hautement probable" qu'une bombe soit à l'origine du crash, a-t-il expliqué sous couvert d'anonymat, ajoutant que ce genre d'attentat est "quelque chose que le groupe Etat islamique cherche à faire".

"L'impression qui prévaut, c'est qu'un engin explosif a été introduit dans une valise ou quelque part dans l'avion", a-t-il précisé. La branche égyptienne de l'Etat islamique basée dans la péninsule du Sinaï a en effet revendiqué l'attentat quelques heures après la catastrophe, précisant qu'il s'agissait de représailles face aux bombardements russes en Syrie. Les autorités en charge de l'enquête ont cependant appelé à ne pas tirer de conclusion hâtives, des résidus d'explosifs sont toujours recherchés sur les lieux de l'accident. 
 
Selon une source égyptienne (citée par France tv infos le 4 novembre) qui aurait eu accès aux premiers enregistrements de l'une des boites noires, les communications des personnels auraient été tout à fait normales jusqu'à 4 minutes avant la catastrophe. Des bruits inhabituels auraient tout de même été entendus. Les équipes françaises, allemandes, égyptiennes et russes, passent toujours au crible les 15 à 20km de diamètre autour des principales carcasses de l'appareil. 
Lu sur France tv Infos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !