Crash d'un Airbus A320 dans la région de Digne-les-Bains : une boîte noire a été retrouvée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Crash d'un Airbus A320 dans la région de Digne-les-Bains : une boîte noire a été retrouvée
©Reuters

Drame

Crash d'un Airbus A320 dans la région de Digne-les-Bains : une boîte noire a été retrouvée

Il effectuait la liaison entre Dusseldorf en Allemagne et Barcelone en Espagne. Il y avait 150 personnes à bord.

  • un Airbus A320 s'est crashé dans la région de Digne-les-Bains ce mardi matin
  • il effectuait la liaison entre Dusseldorf et Barcelone 
  • il y avait 144 passagers et 6 membres d'équipage à bord
  • François Hollande et Manuel Valls ont pris la parole. Le président a indiqué qu'il y avait "aucun survivant"
  • une première boîte noire a été retrouvée cet après-midi
  • le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) et le parquet de Marseille annoncent l'ouverture de deux enquêtes

>>>>>> FIN DE CE DIRECT

22h20 : une chapelle ardente a été installée

Une chapelle ardente a été aménagée mardi soir dans un gymnase de la commune de Seyne-les-Alpes, située à quelques kilomètres du lieu de l'accident. Plusieurs associations d'aide aux victimes y seront présentes mercredi matin pour épauler les proches des disparus allemands et espagnols.

22h00 : le difficile travail des secours 

Dès la reprise des recherches mercredi à l'aube, les gendarmes et les secouristes seront confrontés à des conditions météorologiques difficiles sur le site de Seyne-les-Alpes. Météo France y prévoit de la pluie et de la neige pour la journée de mercredi. Par ailleurs, divers établissements ont été réquisitionnés non loin de la zone du crash pour accueillir gendarmes,secouristes et familles de victimes.

20h40 : Hollande Merkel et Rajoy seront dans les Alpes mercredi

Après le conseil des ministres, François Hollande se rendra mercredi à Seyne-les-Alpes, où il doit arriver à 14 heures en compagnie de la chancelière allemande et du premier ministre espagnol. Les trois chefs d'Etat se recueilleront dans la chapelle ardente.

19h55 : les recherches sont suspendues

Les hélicoptères de secours qui survolaient la zone du crash depuis cet après-midi ont cessé leur activité, et les recherches reprendront au lever du jour, annonce la gendarmerie. "On a laissé sur place cinq gendarmes qui ont été hélitreuillés" ajoute le lieutenant-colonel Jean-Marc Ménichini.

19h30 : la Lufthansa évoque un accident

Lors d'une conférence de presse à Barcelone, la vice-présidente de la compagnie Lufthansa a assuré que le crash de l'A320 de Germanwings résultait d'un "accident". "A ce stade nous considérons qu'il s'agit d'un accident et tout autre chose relèverait de la spéculation" explique Heike Birlenbach.

19h15 : l'Espagne en deuil 

L'Espagne va observer trois jours de deuil national en hommage aux victimes de la catastrophe.

18h48 : Manuel Valls suspend sa campagne

En raison du crash de l'A320 dans les Alpes, le premier ministre annonce qu'il suspend "pour 24 heures" son engagement dans la campagne des élections départementales.

18h27 : les premières images qui témoignent de la violence du choc

18h05 : une boîte noire a bien été retrouvée


17h46 : le BEA ouvre lui aussi une enquête

A son tour, après le parquet de Marseille, le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) ouvre une enquête sur l'accident de l'Airbus A320.

17h34 : la météo n'y est pour rien

Selon Météo France, le mauvais temps ne serait pas à l'origine du crash. En revanche, le brouillard a fait son apparition ce qui complique les recherches au-dessus de la zone.

17h30 : une des boîtes noires a été retrouvée, selon le député des Alpes-de-Haute-Provence Christophe Castaner.

17h18 : des lycéens allemands parmi les victimes

Selon des sources allemandes, 16 lycéens et deux professeurs revenant d'un échange scolaire se trouvaient dans l'appareil. "Les parents ont entendu la nouvelle dans les médias et ont ensuite recherché des informations par eux-mêmes pour voir si l'avion de leurs enfants avait atterri. Puis certains se sont rendus à Düsseldorf, d'autres à l'école. (...) Dans une telle situation, je dois dire que nous sommes très bien accompagnés. Nous avons des psychologues, une cellule de crise et d'écoute pour les élèves. Demain, l'école ne sera pas fermée" a expliqué le directeur de l'école.

16h55 : les premières images du lieu du drame


16h42 : Bernard Cazeneuve estime que "la violence du choc laisse peu d'espoir" qu'il y ait des survivants

"Nous mobilisons des moyens exceptionnels pour porter secours à ceux qui auraient pu échapper à ce crash, même si la violence du choc laisse peu d'espoir. Cet événement tragique vient de survenir. Il faut que l'enquête permette de déterminer les circonstances et les causes de ce drame. Et il importe de rester prudent. Pour des raisons qui tiennent à l'immense chagrin des familles des victimes" a expliqué Bernard Cazeneuve lors d'une conférence de presse.

16h29 : un témoin raconte

Une habitante du Vernet dans les Alpes-de-Haute-Provence a raconté à francetvinfo ce qu'elle a entendu. Il a eu "un vacarme de moteur. C'était très bruyant. Après, il y a eu un impact et une détonation. Peut-être le kérosène qui a explosé" a-t-elle expliqué.

16h20 : forte mobilisation de la gendarmerie


16h05 : le député des Alpes-de-Haute-Provence est sur place


15h50 : le site Haute Provence info cite un officier de gendarmerie 


15h45 : une minute de silence à l'Assemblée


15h26 : "il a décroché (...) cela a duré 8 minutes" explique le directeur de la compagnie allemande Germanwings

"Nous allons tout faire pour déterminer les causes de ce crash. Des experts du bureau d'enquête et d'analyse allemand sont en route pour participer à l'enquête" a expliqué le directeur de la compagnie allemande Germanwings lors de sa conférence de presse. "A 10h01, il a quitté l'aéroport de Barcelone, avec 144 passagers à bord, dont deux bébés" a-t-il ajouté.

"A 10h35, il avait atteint la hauteur de 38 000 pieds [11 582 m] mais au bout d'une minute, il a décroché et commencé à perdre de l'altitude. Cela a duré pendant huit minutes. Le contact de l'avion avec les radars français a été perdu à 10h53. L'avion se trouvait alors à 6 000 pieds environ [1 800 m]. Il s'est ensuite écrasé" a-t-il encore dit.

15h15 : Valls n'écarte "aucune hypothèse"

Manuel Valls a indiqué à l'Assemblée nationale qu'à "ce stade, aucune hypothèse ne peut être écartée".

15h00 : ouverture d'une enquête

Le parquet de Marseille a ouvert une enquête pour homicides involontaires

14h54 : Merkel en France mercredi

Angela Merkel se rendra ce mercredi en France. C'est ce qu'elle a annoncé dans une allocution télévisée. "J'adresse mes condoléances aux familles des victimes. Ce moment que nous traversons tous ensemble est un moment de tristesse" a expliqué la chancelière.

14h50 : cellule de crise au ministère de l'Intérieur


14h45 : pas de message de détresse émis

Contrairement à ce qui a été indiqué l'équipage de l'Airbus A320 n'a pas émis de message de détresse. "L'équipage n'a pas émis de 'mayday'. C'est le contrôle aérien qui a décidé de déclarer l'avion en détresse car il n'avait plus aucun contact avec l'équipage et l'avion" a indiqué la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

14h39 : la carcasse de l'appareil se situerait à 2 700 mètres d'altitude

Selon BFMTV, la carcasse de l'avion se trouverait à 2 700 mètres d'altitude. Les débris seraient étalés sur 2 hectares selon des sources du ministère de l'Intérieur. Les secours auraient des difficultés à parvenir jusqu'au lieu du crash.

14h30 : des numéros d'urgence

Des numéros mis en place pour les proches des passagers. Depuis l'Allemagne : 0 80011 3355 77 / Depuis l'Espagne: 902 400 012

14h20 : Ségolène Royal se rend sur les lieux du crash

14h15 : France 2 dévoile une photo de la zone 


14h05 : une cellule de crise ouverte place Beauveau

13h50 : le roi Felipe a annoncé la suspension de sa visite d'Etat



13h45 : il n'y aurait pas de victimes françaises, selon François Hollande

13h15 : une conférence de presse aura lieu à 15 heures

La compagnie GermanWings vient d'annoncer qu'une conférence de presse se tiendra à 15 heures près de l'aéroport Cologne-Bonn.

13h05 : François Hollande : il n'y aurait "aucun survivant"


Hollande : "Les conditions de l'accident...par lemondefr

12h58 : Alain Vidalies annonce aussi qu'il "n'y aurait pas de survivant"

Le secrétaire d'Etat aux Transports confirme "qu'il n'y a aucun survivant" après le crash de l'Airbus A320. Des secours ont été envoyés mais la zone est "difficile d'accès".

12h55 : une météo calme


12h49 : la carcasse de l'avion entière ?

Selon des informations d'Europe 1, "la carcasse de l'avion est quasiment entière selon nos informations" 

12h45 : le roi d'Espagne arrive à l'Elysée

La rencontre entre le roi d'Espagne et François Hollande était prévue depuis de longues semaines. A son arrivée à l'Elysée, le président a adressé ses condoléances au nom de la France à Felipe et à son épouse.

Ce qu'il faut savoir sur ce crash

La nouvelle est tombée ce mardi vers 11h30. Un avion de la compagnie allemande Germanwings s'est crashé dans la région de Digne-les-Bains. Il effectuait la liaison entre Dusseldorf en Allemagne et Barcelone en Espagne. Il y aurait 142 passagers à bord et 6 membres d'équipage.L'A320 avait 24 ans selon la compagnie aérienne. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) et la gendarmerie ont confirmé ce drame. 

Un hélicoptère de la gendarmerie indique que le crash a eu lieu à proximité de la commune de Prads-Haute-Bléone. Bernard Cazeneuve sera sur les lieux du crash dans "une ou deux heures", selon Manuel Valls qui a lui aussi confirmé le drame.

François Hollande a expliqué qu'il s'agissait d'un "accident". "Nous ne connaissons pas encore l’identité des victimes mais il est probable qu'il y ait beaucoup de victimes allemandes" a encore indiqué le chef de l'Etat. Le président a indiqué qu'une "cellule psychologique a été mise en place" et que "tout serait fait pour connaître les raisons de ce crash".

Francetvinfo a contacté une habitant de Prads-Haute-Bléone qui a dit : "nous sommes dans une valléeL'accident est arrivé de l'autre côté de la haute-montagne, on ne voit et n'entend rien d'ici. C'est une zone difficile d'accès. Seuls les hélicoptères peuvent y aller, où bien il faut plusieurs heures de marche, au moins trois heures, pour y parvenir". Selon La Provence, le "plan blanc" a été activé dans l'hôpital de Digne-les-Bains.

Il s'agit du premier crash aérien en France depuis celui du Concorde survenu à Gonesse, le 25 juillet 2000. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !