Cours en anglais à l'université : les députés disent "yes" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les députés ont voté ce jeudi pour l'élargissement de l'apprentissage de l'anglais à l'université.
Les députés ont voté ce jeudi pour l'élargissement de l'apprentissage de l'anglais à l'université.
©Reuters

Shocking or not shocking ?

Cours en anglais à l'université : les députés disent "yes"

L'élargissement controversé de l'enseignement en langues étrangères, notamment en anglais, dans les universités françaises a été adopté ce jeudi à main levée à l'Assemblée nationale.

Après plus de 2h de débat passionné, les députés ont ouvert ce jeudi la possibilité de dispenser des cours en anglais dans les universités Plusieurs élus de l'opposition, mais aussi de gauche, étaient hostiles à cette mesure qui suscite aussi l’opposition de l’Académie française, souligne Le Figaro. Ces derniers redoutent une perte d'influence du français dans l'enseignement.

"Il ne s'agit, en aucun cas, de remettre en cause la primauté de l'enseignement en français ou la défense de la francophonie", a assuré Geneviève Fioraso, la ministre de l'Enseignement supérieur. "Il s'agit au contraire d'élargir le socle de la francophonie auprès des jeunes, notamment des pays émergents, qui, aujourd'hui, ne viennent pas dans notre pays."

L'article du projet de loi propose d'élargir les exceptions au principe de l'enseignement en langue française, l'objectif, précise le texte, étant "essentiellement de régulariser les situations dans lesquelles le contournement de ce principe est rendu inéluctable tant pour des raisons pédagogiques que pour des motifs liés à l'internationalisation des systèmes d'enseignement supérieur", précise l'AFP.

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !