Contrats de com' obscurs à l'Hôtel Matignon<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Contrats de com' obscurs 
à l'Hôtel Matignon
©

Opacité

Un rapport de la cour des comptes accuse Matignon et certains ministères d'avoir fait des dépenses de communication injustifiées et sans appels d'offres.

Matignon et certains ministères sont dans le collimateur de la Cour des comptes. Dans un rapport rendu le 17 octobre dernier et que s'est procuré en exclusivité France Télévisions, elle révèle qu'ils ont contourné le Code des marchés publics et sont trop souvent incapables de justifier les prestations de conseil en communication qu'ils achètent.

De plus, parmi les bénéficiaires de ces pratiques nébuleuses, un nom revient en boucle :  Giacometti-Péron, une entreprise de conseil en stratégie et communication, cofondée par un proche de Nicolas Sarkozy, Pierre Giacometti. Au soir de la victoire de Nicolas Sarkozy en mai 2007, il fait partie des happy few invités au Fouquet’s. Le 31 janvier 2008, il est fait chevalier de la Légion d'honneur par le président de la République.

Selon le rapport de la Cour des comptes, le ministère de l’Intérieur a conclu, en suivant les procédures, deux marchés avec Giacometti-Péron pour un total de 128 000 euros. En revanche, "en 2010, la société Giacometti-Péron a bénéficié de quatre [autres] commandes du cabinet pour 93 288 euros", en dehors du marché contracté légalement.

Mis bout à bout, les contrats passés entre le gouvernement et le cabinet Giacometti-Péron (sans compter ceux passés en toute légalité) représentent un peu plus de 1,7 million d'euros entre 2008 et 2010. Contacté par France Télévisons, le cabinet a refusé de commenter ces informations. Tout comme Matignon.

Lu sur le site de France Télévisions

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !