Cotisations sociales : la fraude est estimée à plus de 20 milliards d'euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Cotisations sociales : la fraude est estimée à plus de 20 milliards d'euros
©

Magot

Cotisations sociales : la fraude est estimée à plus de 20 milliards d'euros

D'après une information exclusive du quotidien "Les Echos", la Cour des comptes estime que la fraude aux cotisations sociales se chiffre entre 20 et 25 milliards d'euros pour l'année 2012, soit deux fois plus qu'en 2007.

Rédigé par la Cour des comptes, le rapport annuel sur les comptes de la sécurité sociale qui sera rendu public mercredi 17 septembre a pu être consulté par la rédaction des "Echos". Dans ce rapport commandé par l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale, il apparaît que le montant de la fraude représente 5% du montant total des cotisations et est également supérieur à 1 point de PIB.

L'étude menée par la Cour des comptes s'est basée sur l'ensemble des organismes de protection sociale, parmi lesquels l'assurance-chômage, les régimes complémentaires de retraite, mais également deux autres contributions qui représentent près des deux tiers de la protection sociale : la CSG et la CRDS.

La cour des compte explique que " la plus grande part de cette fraude est constituée du travail dissimulé, auquel s’ajoutent des irrégularités intentionnelles dans le calcul de l’assiette de cotisation". Le rapport précise également que "malgré des progrès ces dernières années, l’efficacité des redressements apparaît très faible au regard des montants en jeu  : le niveau des redressements est inférieur à 1 milliard d’euros en 2013. Le travail illégal, qui constitue la part massive de la fraude aux cotisations, n’en représente que 291 millions d’euros".

Lu sur Les Echos.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !