Côte-d'Or : interpellation de l'agresseur présumé de la jeune fille poignardée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Côte-d'Or : interpellation de l'agresseur présumé de la jeune fille poignardée
©

Violence scolaire

Côte-d'Or : interpellation de l'agresseur présumé de la jeune fille poignardée

En milieu d'après-midi, la victime de 17 ans a reçu deux coups de couteau, probablement pour une querelle amoureuse.

Une jeune lycéenne de 17 ans a été poignardée à deux reprises ce lundi en début d’après-midi. L’auteur présumé de l’agression, qui avait pris la fuite, a été arrêté à 16 heures à Saint-Apollinaire, un village à quelques kilomètres du lycée Jean-Marc Boivin, où se sont déroulés les évènements, à Chevigny Saint-Sauveur, en Côte d’Or. Durant cette interpellation, il a blessé un gendarme. L’agresseur est un jeune homme mineur qui connaît la victime. Selon le journal le Bien Public la victime et son agresseur présumé sont tous les deux membres du club de BMX de Beaune.

L’adolescente scolarisée en classe de première, blessée de deux coups de couteau au torse avant la reprise des cours a été transportée à l’hôpital dans un état critique. Son pronostic vital est engagé.

Le journal régional rapporte que "l'agresseur serait un élève de seconde, né en 1997,  qui s'en serait pris à sa copine avec qui il "s'expliquait" ". Il s’agirait d’une dispute amoureuse entre les deux adolescents. Ces derniers jours, le jeune homme aurait confié à ses camarades qu’il "souffrait trop et il aurait menacé ces jours derniers de s'en prendre à la jeune fille".

Depuis le début de l’année, les violences en milieu scolaire se multiplient. Fin septembre, dans le Var, une collégienne a frappé son enseignante au visage tandis qu’en Vendée, un élève de 13 ans a donné plusieurs coups de poings à la principale de son collège. A Poitiers le 12 septembre, une professeure d’histoire-géographie a été giflée par une mère d’élève.

Lu sur le Bien Public

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !