Corse : une association veut faire détruire les villas d'un proche d'Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Corse : une association veut faire détruire les villas d'un proche d'Emmanuel Macron
©REUTERS/John Schults

Littoral

Corse : une association veut faire détruire les villas d'un proche d'Emmanuel Macron

Les villas de l'homme d'affaires Pierre Ferracci ont été construites sans permis, dans une zone protégée.

Ils ne baissent pas les bras : l'association corse U Levante va se pourvoir en cassation pour réclamer la démolition des deux villas de l'homme d'affaires Pierre Ferracci, réputé proche d'Emmanuel Macron et très influent sur l'île de Beauté, selon les informations de France Bleu RCFMt.

Le 5 juillet, la cour d'appel de Bastia avait infligé une amende d'un million d'euros à Pierre Ferracci, reconnu coupable d'avoir fait construire deux villas non autorisées dans un espace inconstructible et remarquable protégé de Corse. Or, la condamnation n'impose pas la déconstruction des propriétés de plus de 600 m² chacune, qui avait pourtant été réclamée par le procureur de la République.

La direction de l'association, jointe par franceinfo, samedi soir, précise que le pourvoi "est en cours de rédaction par [son] avocat Maître Farge".  Pour l'association, le sujet peut-être résumé ainsi : "Est-ce qu’on peut refuser la démolition à la partie civile au motif que la personne a fait un gros chèque au motif que le maire a fermé les yeux ou n’a fait que la moitié de son travail ?"

Après la condamnation de Pierre Ferracci, l'association U Levante avait écrit sur son site : "Aucune amende ne peut compenser la flétrissure et seule la démolition et la remise en état pouvaient effacer la souillure".

U Levante a lancé le 11 juillet une pétition "pour la démolition systématique des constructions illégales en espaces protégés".

Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !