Corse : la libération d'Yvan Colonna "n'est pas dans le débat", dit son avocat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Corse : la libération d'Yvan Colonna "n'est pas dans le débat", dit son avocat
©

Développement politique

Corse : la libération d'Yvan Colonna "n'est pas dans le débat", dit son avocat

Après la victoire des nationalistes corses aux régionales, la libération d'Yvan Colonna "n'est pas dans le débat", a déclaré Gilles Simeoni, nouveau président du Conseil exécutif de la Collectivité territoriale de Corse (CTC).

Les nationalistes qui ont pris le pouvoir jeudi 17 décembre en Corse, après les élections régionales, ont immédiatement réclamé la libération de prisonniers "politiques", au nombre de 25. "Demain, nous obtiendrons l'amnistie des prisonniers et des recherchés (...) et personne ne pourra s'opposer à cette volonté populaire", a déclaré Jean-Guy Talamoni vendredi.

Interrogé dans l'émission Le Supplément diffusé dimanche sur Canal + sur ces propos, et notamment sur la libération d'Yvan Colonna, condamné en 1998 pour l'assassinat du préfet Claude Erignac, l'avocat Gilles Simeoni a expliqué: "J'ai été son avocat, je ne vais pas vous dire qu'il doit rester en prison ! Je dis qu'actuellement, il est en prison et sa libération n'est pas dans le débat".

"Donc dire 'attention, il y a la question d'Yvan Colonna', ou de n'importe quel autre prisonnier, c'est, à mon avis, faire un faux procès", a-t-il estimé.

"La question fondamentale aujourd'hui, c'est: est-ce que Paris accepte, oui ou non, de prendre en considération la révolution démocratique qui s'est passée dimanche dernier ? Est-ce que, oui ou non, Paris accepte de prendre en compte les suffrages des Corses ? Est-ce que, oui ou non, Paris accepte de prendre en compte les délibérations de l'Assemblée de Corse qui ont été votées et qui malheureusement pour l'instant restent sans suite ni effet ?", a-t-il ajouté.

Lu sur Le Dauphiné

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !