Corée du Sud : la présidente Park Geun-Hye destituée par l'Assemblée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Corée du Sud : la présidente Park Geun-Hye destituée par l'Assemblée
©Capture d'écran / Facebook Park Geun-hye

Crise politique

Corée du Sud : la présidente Park Geun-Hye destituée par l'Assemblée

La motion de destitution a été adoptée par l'Assemblée nationale par 234 voix contre 56, soit largement la majorité des deux tiers des 300 votes requis.

Enlisée dans un vaste scandale de corruption qui a provoqué la colère de millions de personnes à travers le pays, la présidente de la Corée du Sud Park Geun-Hye a été officiellement destituée par un vote des députés la privant de ses nombreux pouvoir exécutifs. 

Le vote par l’Assemblée nationale de cette motion de destitution transfère l’autorité de Park Geun-Hye au Premier ministre, Hwang Kyo-ahn. Pour l'heure, les pouvoirs de la présidente sont suspendus, en attendant que la Cour constitutionnelle entérine ou non cette destitution. Cette période transitoire pouvant durer jusqu'à environ 6 mois, la crise politique que traverse la Corée du Sud pourrait se prolonger, dans l'incertitude générale. 

La motion a été adoptée par l'Assemblée nationale par 234 voix contre 56, soit largement la majorité des deux tiers des 300 votes requis. La destitution de la présidente, soutenue par la totalité des 171 députés indépendants et de l'opposition, a été rendue possible par les "oui" d'une faction rebelle au sein du parti conservateur au pouvoir, le Saenuri. Tous les représentants de l'opposition avaient mis leur démission dans la balance. Vendredi, à l'extérieur du Parlement, des centaines de manifestants s'étaient encore rassemblés en hurlant à l'intention des députés: "Destituez Park!". 

>>>> À lire aussi : Crise de confiance en Corée du Sud : Séoul ne croit pas au parapluie américain et veut ses propres armes nucléaires

 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !