Corbeil-Essonnes : Serge Dassault demande la levée de son immunité parlementaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Corbeil-Essonnes : Serge Dassault demande la levée de son immunité parlementaire
©

Il prend les devants

Corbeil-Essonnes : Serge Dassault demande la levée de son immunité parlementaire

Le sénateur UMP doit être entendu dans le cadre d'informations judiciaires pour "tentative d'assassinat" et "corruption, abus de biens sociaux, blanchiment et achat de votes".

La manœuvre vise à démontrer qu'il n'a rien à se reprocher : Serge Dassault vient d'annoncer qu'il allait demander la levée de son immunité parlementaire. Les magistrats qui enquêtent sur un système présumé d'achats de vote dans sa commune de Corbeil-Essonnes pourront donc mettre le sénateur UMP en garde en vue. Serge Dassault a déjà été entendu comme témoin assisté dans le cadre d'informations judiciaires pour "tentative d'assassinat" d'une part, "corruption, abus de biens sociaux, blanchiment et achat de votes" de l'autre. 

A lire aussi : Serge Dassault : "Je suis à la disposition immédiate de la justice"

Cette déclaration intervient alors que le bureau du sénat a déjà par deux fois refusé de lever l'immunité parlementaire de Serge Dassault. La deuxième demande avait été rédigée par deux magistrats du pôle financier de Paris, qui enquêtent sur des soupçons d'achats de vote à Corbeil-Essonnes. Malgré un avis favorable du parquet de Paris, le bureau du Sénat s'était opposé à une voix près à leur demande. Ces mêmes juges ont alors rédigé un nouvelle demande fin janvier. Elle devait être examinée le 12 février. La position du Sénat, de plus en plus vivement critiquée, semblait de toute façon difficile à tenir.

A lire aussi : Serge Dassault : les juges demandent une nouvelle fois la levée de son immunité parlementaire

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !