Conseil national de l’UMP : François Fillon dézingue François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Fillon s'en est pris à François Hollande
François Fillon s'en est pris à François Hollande
©Reuters/Charles Platiau

Critique à tout va

Conseil national de l’UMP : François Fillon dézingue François Hollande

L’ancien Premier ministre s’en est violemment pris au président, l’accusant notamment d'être dans le "flou".

A plusieurs semaines d'échéances électorales cruciales pour l'UMP, le parti a affiché samedi son unité lors d'un conseil national à Paris. Mais cela a aussi l’occasion pour François Fillon de charger François Hollande. En effet, selon Le Figaro, l’ancien Premier ministre a critiqué à tout va l’action du président de la République. « À ceux qui prétendent que la droite ne ferait pas mieux que la gauche, j'oppose le démenti le plus ferme. Face la crise, nous n'aurions ni l'aveuglement de nos adversaires, ni ses contorsions idéologiques, ni ses hésitations politiques. (…) Nous ne zigzaguons pas dans nos discours : un jour pour le patronat, le lendemain pour les syndicats, le matin pour rassurer les agences de notation, le soir pour ne pas désespérer les verts et l'aile gauche du PS » a-t-il assuré devant les 2 000 personnes présentes. 

Et François Fillon de poursuivre sa virulent charge à l’encontre de François Hollande : « Aujourd'hui, la réalité saute à la gorge du chef de l'État, et le voici contraint de proposer un «pacte de responsabilité» aux entreprises, dont l'intitulé même tend à indiquer qu'on était, jusqu'à présent, dans l'irresponsabilité. Au nom de l'intérêt du pays, il faut souhaiter que cette initiative tardive puisse réparer les dégâts de 18 mois d'erreurs ». Les critiques de l’ancien Premier ministre ne s’arrêtent pas là/

«Pour l'instant, nous sommes dans le flou. Or, comme dit le proverbe, ‘on ne chasse pas le brouillard avec un éventail'. On est dans le flou, et pire que cela dans l'erreur concernant les contreparties réclamées aux entreprises dont beaucoup jouent leur survie » a conclu le député de Paris.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !