Congé parental : fort recul du nombre de bénéficiaires depuis la réforme portée par Najat Vallaud-Belkacem en 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Congé parental : fort recul du nombre de bénéficiaires depuis la réforme portée par Najat Vallaud-Belkacem en 2015
©Reuters

Effet pervers

Congé parental : fort recul du nombre de bénéficiaires depuis la réforme portée par Najat Vallaud-Belkacem en 2015

Le nombre de bénéficiaires du congé parental a reculé de 7,4 % en 2016, selon un bilan de la réforme de ce dispositif.

Le nombre de bénéficiaires du congé parental a reculé de 7,4 % en 2016, selon bilan, publié par la  Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf), de la réforme de 2015 mise en place au nom de l'égalité hommes-femmes et pour inciter les pères à prendre un congé parental d'éducation. Cette réforme avait raccourci et partagé le congé parental entre les deux parents. 

"Notre Conseil d’administration l’avait déjà clairement anticipé lors de l’adoption de la réforme. Nous avions souligné que, pour des raisons économiques, les parents ne pourraient pas se permettre de partager le congé parental", analyse le président de la Cnaf, Jean-Louis Deroussen.

Le 1er janvier 2015, la réforme du congé parental est entrée en vigueur pour mieux répartir les responsabilités au sein des couples. Une nouvelle allocation a été instaurée : la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE). Jusque là, l'un des parents (dans 96 % des cas la mère) pouvait, à la naissance d’un enfant, s’arrêter de travailler, complètement ou en partie, afin d’élever l’enfant jusqu’à ses trois ans. Désormais, pour un premier enfant, chaque parent peut s’arrêter six mois et, à partir du deuxième enfant, l’indemnisation du congé est versée durant deux ans maximum à chaque parent dans la limite des 3 ans de l’enfant. Cela oblige le père à prendre au moins un an de congé parental, sinon le congé s'arrête.

Résultat : le nombre de bénéficiaires a baissé de 7,4 % en 2016, contre environ 3 % chaque année dans les années précédentes. "La baisse du recours au congé parental est continue depuis 2007 (mais) la réforme de 2015 a néanmoins joué un rôle certain dans cette baisse, en se cumulant aux effets de la crise sur l’économie familiale et à la baisse des prestations", observe la Cnaf.

Lu dans La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !