Conflit israélo-palestinien : Mahmoud Abbas condamne l'offre de paix de Trump, qualifiée de "claque du siècle" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Conflit israélo-palestinien : Mahmoud Abbas condamne l'offre de paix de Trump, qualifiée de "claque du siècle"
©ABBAS MOMANI / AFP

En colère

Conflit israélo-palestinien : Mahmoud Abbas condamne l'offre de paix de Trump, qualifiée de "claque du siècle"

Le président de l’Autorité palestinienne a indiqué qu'il n’accepterait plus "de processus politique impliquant des négociations sous méditation américaine".

La reconnaissance unilatérale par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël le 6 décembre dernier a suscité beaucoup de remous… et continue de provoquer les critiques. Dimanche soir, en ouverture d’une réunion extraordinaire du Conseil central de l'OLP (Organisation de lutte pour la libération de la Palestine), Mahmoud Abbas a fustigé la controversée décision américaine.

"Nous disons à Trump que nous n'accepterons pas son plan, l'affaire du siècle s'est transformée en claque du siècle. Nous n'accepterons plus de processus politique impliquant des négociations sous méditation américaine après le crime commis par cette Administration contre Jérusalem " a lancé le président de l’Autorité palestinienne au cours d'un long discours.

Pour lui, "toute négociation future devra désormais se dérouler dans un cadre multilatéral, sous l'autorité d'un comité qui sera créé à l'occasion d'une conférence internationale". D’après Le Figaro, Mahmoud Abbas, qui approche des 83 ans, aurait par ailleurs sous-entendu que le plan de paix américain prévoit de créer la capitale du futur État palestinien dans le faubourg d'Abou Dis. Une idée plusieurs fois rejetée par les Palestiniens.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !