Conflit entre la Chine et le Japon : deux navires chinois près des îles Senkaku | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Conflit entre la Chine et le Japon : deux navires chinois près des îles Senkaku
©

Inquiétude

Conflit entre la Chine et le Japon : deux navires chinois près des îles Senkaku

Deux navires de surveillance chinois ont pénétré lundi matin dans une zone considérée par le Japon comme ses eaux territoriales.

La Chine et le Japon ne veulent pas céder. Les deux pays se disputent toujours les îles Senkaku, Kubashima et Uotsurijima. Et ce conflit naissant inquiète beaucoup la communauté internationale qui a multiplié les appels au calme tout au long du week-end. Malgré cela, ce lundi matin, deux navires de surveillance chinois ont pénétré dans une zone considérée par le Japon comme ses eaux territoriales.Quatre autres patrouilleurs chinois voguaient un tout petit peu plus loin, à proximité de la limite des 22 km marquant la frontière des eaux territoriales nippones.

La semaine dernière, pas moins de 13 navires gouvernementaux chinois avaient navigué au moins quatre jours à proximité des îles Senkaku, administrées par Tokyo mais revendiquées par Pékin sous le nom de Diaoyu, et situées à 200 km au nord-est de Taïwan et à 400 km à l'ouest d'Okinawa (sud du Japon).

Tout au long du week-end, la tension était encore palpable en Chine. Des manifestations antijaponaises ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes en Chine. Les autorités chinoises ont demandé aux responsables de mettre un terme à cette contestation dans la rue. Dimanche, la Chine a décidé de "repousser" une cérémonie marquant le 40e anniversaire de la normalisation des relations entre la Chine et le Japon, prévue le 27 septembre. Les relations complexes entre les deux principales puissances économiques d'Asie restent marquées par l'occupation d'une partie de la Chine par les troupes impériales japonaises de 1931 à 1945.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !