Conférence sur le climat : un échec serait "une menace sur le plan économique" avertit François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Conférence sur le climat : un échec serait "une menace sur le plan économique" avertit François Hollande
©Reuters

COP21

Conférence sur le climat : un échec serait "une menace sur le plan économique" avertit François Hollande

"Nous avons besoin de règles, nous avons besoin de stabilité, nous avons besoin de réformes, nous avons besoin d'investissements, nous avons besoin de visibilité" a déclaré le président de la République.

François Hollande a estimé lors de son discours devant l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ce mercredi, qu'un échec lors de la conférence internationale sur le climat en décembre prochain, serait "une menace sur le plan économique". "De l'accord de Paris dépendra aussi une perspective de croissance, si nous échouons ce n'est pas simplement une catastrophe sur le plan écologique, ce n'est pas simplement un échec sur le plan politique, c'est également une menace sur le plan économique" a déclaré le président de la République qui considère le sujet du réchauffement climatique comme étant l'un des prioritaires pour le gouvernement français.

"Nous n'aurons aucune excuse, sur le climat nous savons tout, il n'y a pas besoin d'un rapport de l'OCDE de plus (...) nous savons quel est le coût de l'inaction" a-t-il ajouté devant l'OCDE à Paris, à l'occasion du Forum 2015 de l'organisation. "Nous avons besoin de règles, nous avons besoin de stabilité, nous avons besoin de réformes, nous avons besoin d'investissements, nous avons besoin de visibilité, eh bien un accord sur le climat permettra de répondre à l'ensemble de ces exigences".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !