Conférence de presse de François Hollande : des réactions divisées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La prestation de François Hollande lors de la conférence de presse divise.
La prestation de François Hollande lors de la conférence de presse divise.
©Reuters

Suite

Conférence de presse de François Hollande : des réactions divisées

Alors que l'UMP Christian Jacob affirme que François Hollande est apparu "attentiste, indécis et inapte à l'action", Claude Bartolone a salué la "décontraction offensive" du président.

A peine terminée, la conférence de presse de François Hollande a suscité de nombreuses réactions du monde politique.

La gauche a sans surprise applaudi la prestation du président de la République. Le porte-parole des députés socialistes Thierry Mandon a ainsi déclaré à l'AFP qu'il s'agissait "de loin l’exercice le plus réussi qu’il ait fait" précisant que "c'est clair, précis, il y a pas de flou. Il a retrouvé les moyens de redynamiser les troupes et les Français. Il fait son boulot pour la France".

Le président socialiste de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a quant à lui salué la "décontraction offensive" du chef d’État indiquant que "c'était une grande conférence de presse d'un président à l'offensive. Il a su trouver les mots justes, il a su fixer les objectifs. Les Français vont être attentifs à cette explication qu'il a voulu leur donner".

L'opposition était loin de cet avis. Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale Christian Jacob a ainsi estimé que François Hollande "est une nouvelle fois apparu tel qu’il est : attentiste, indécis et inapte à l’action". Le député-maire de Provins a par ailleurs expliqué dans un communiqué que le "président de la République a conclu en affirmant que le problème, ce n’est pas la France. Nous partageons son point de vue: le problème pour la France, c’est François Hollande". Christian Jacob a indiqué qu'"après son passage peu convaincant devant la Commission européenne, François Hollande a sorti de son chapeau une initiative européenne aussi approximative qu’impréparée". Le président des députés UMP a finalement assuré qu'"après un an de pouvoir, le pouvoir socialiste est dans un état clinique très préoccupant avec une majorité qui le soutient comme la corde soutient le pendu".

Quant à Luc Chatel, il a estimé que LCI que "François Hollande s'est raconté des histoires cet après-midi, notamment en affirmant que la courbe du chômage s'inversera à la fin de l'année".

Marine Le Pen a elle aussi réagi à la conférence de presse du président. La présidente du Front national a ainsi caractérisé François Hollande de "petit porte-parole" de la Commission européenne. Elle a par ailleurs qualifié la conférence de presse de "servile" aux "dogmes européens" s'en prenant également à l'UMP qui, selon elle, "fait mine de protester devant la politique désastreuse de François Hollande" et devrait "avoir l’honnêteté de reconnaître qu’elle aurait évidemment fait au pouvoir exactement la même politique, suivant de manière aussi docile, peut-être même encore davantage, la feuille de route écrite par Bruxelles et Berlin".

Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche, a quant à lui déclaré sur Twitter que "même les dindons arrivent à s'envoler un peu, Hollande doit faire un effort".

Le président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) Jean-Louis Borloo a quant à loui assuré qu'"il y avait un côté Ray Ventura 'Tout va très bien Mme la Marquise" extrêmement surprenant par rapport à la situation". Jean-Louis Borloo a ainsi expliqué regretté "que la mesure de la récession ne soit pas prise en compte" résumant la situation par "un bon exercice démocratique qui va au fond des choses mais en total décalage avec la récession".


Remaniement, retraites, droit de vote des...par BFMTV

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !