Comptes de campagne de Nicolas Sarkozy : les réactions au rejet du Conseil constitutionnel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Comptes de campagne de Nicolas Sarkozy : les réactions au rejet du Conseil constitutionnel
©

Branle-bas de combat

Comptes de campagne de Nicolas Sarkozy : les réactions au rejet du Conseil constitutionnel

L'invalidation attendue des comptes de la campagne présidentielle de 2012 de l'ancien président provoque une vague de réactions politiques.

Nouveau coup dur pour l'UMP :l'invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, dans le cadre de sa campagne présidentielle de 2012, plonge le parti dans l'expectative, notamment sur le plan financier. Le parti sera en effet privé de la subvention de quelque 11 millions d'euros de l'Etat au titre du remboursement des frais de campagne à hauteur de 47,5% des frais engagés - 10 691 775 euros en vertu de la loi organique de février 2012.

Le président de l'UMP Jean-François Copé a, par conséquent, annoncé le lancement d'une"grande souscription nationale" pour renflouer les caisses de l'UMP : "'heure est à la mobilisation,au rassemblement et au courage", a-t-il poursuivi. Cette démarche va dans le sens de ce qu'annonçait un peu plus Nadine Morano sur Twitter :

L'ancien Premier ministre François Fillon a également lancé un appel à la solidarité de son parti :

A gauche, les réactions tombent elles aussi les unes après les autres : le député Jean-Marie Le Guen s'est notamment exprimé.

A noter que le terme même de "démission" utilisé par Nicolas Sarkozy dans son communiqué à l'AFP suscite bon nombre de remarques.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !