Comment l'Elysée veut réguler le culte musulman par les flux financiers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Comment l'Elysée veut réguler le culte musulman par les flux financiers
©RICHARD BOUHET / AFP

Islam de France

Comment l'Elysée veut réguler le culte musulman par les flux financiers

Le consultant Hakim El Karoui, consultant proche de l'Elysée, plaide pour la création d'une Association musulmane pour l'islam de France (AMIF). Cette institution serait chargée de récolter des fonds pour financer la formation des imams ou encore construire des lieux de culte.

Comment venir à bout des circuits financiers opaques qui régissent aujourd'hui l'islam en France ? Hakim El Karoui, consultant sur la politique arabe de la France depuis août 2017, a sa petite idée : créer une Association musulmane pour l'islam de France (AMIF), par laquelle transiteraient à terme les fonds générés par la pratique religieuse, et qui finirait par s'imposer comme l'organisation référente du culte musulman en France, d'après une note que Le Monde a pu consulter.

Permettre l'"émancipation" du culte musulman

Composée et dirigée par des Français de confession musulmane, l'AMIF devrait revendiquer "une neutralité" face aux différents acteurs. L'idée serait de faire transiter par l'organisme l'essentiel des sommes générées par le culte musulman, alors que les circuits financiers de l'islam, auxquels prennent part les Etats d'origine des familles musulmanes (essentiellement l'Algérie, le Maroc et la Tunisie) sont aujourd'hui peu traçables, qu'il s'agisse d'alimentation halal, de pèlerinage ou de construction de mosquées. "Beaucoup d’argent circule et il est possible d’organiser son emploi", assure Hakim El Karoui au Monde.

Dans une démarche de "transparence totale", de "professionnalisme" et d'"indépendance", l'AMIF devrait permettre d'améliorer le "service rendu" aux musulmans de France. En prélevant une redevance sur le halal (60 millions d'euros d'ici à cinq ans), l'AMIF s'attribuerait le rôle de "certificateur des certificateurs", notamment en attribuant un visa aux mosquées qui délivrent des cartes d'abattage. Alors que le pèlerinage à La Mecque coûte de plus en plus cher aux fidèles, l'AMIF permettrait là d'encadrer les tarifs de tels voyages et d'offrir un meilleur service. L'institution pourrait également recevoir des dons directs, défiscalisés. Des recettes qui donneraient ainsi le pouvoir à l'AMIF de superviser la formation des imams et de participer à la construction de nouveaux lieux de culte. L'objectif : constituer "un grand mouvement d'émancipation" du culte musulman par rapport à "la tutelle de l'Etat", selon Hakim El Karoui. En contrepartie, l'AMIF aurait une "charte politique claire et républicaine" passant notamment par le "respect de la laïcité" et de l'"égalité hommes-femmes".

Lu sur Le Monde

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Islam de France : Gérard Collomb promet une vaste concertation d'ici le mois de septembreMagouilles dans l’Islam de France : l’argent en provenance de l’étranger et des fidèles joyeusement détourné ?; Commémoration de Mai 68, le megabide; Copé méprise Wauquiez et admire Macron; La fièvre Marion Maréchal reprend Valeurs Actuelles

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !